Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Journées nationales du costume algérien sous le thème "Mon costume, ma mémoire, ma culture"    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Chlef: Le nouveau procureur général installé    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Défis et impératifs des urgences    Les cas de Covid-19 en recul    Tlemcen: Motos et quads sous surveillance    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Commerce extérieur: Tebboune veut une évaluation de l'accord avec l'UE    Constantine: Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Le SNJ réagit à la lourde condamnation du journaliste Khaled Drareni    3 ans de prison pour Drareni, Belarbi et Hamitouche 2 ans de prison, dont 4 mois ferme    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    Plus de 13 ha de forêt consumés par le feu    Les chemins de wilaya réhabilités    Un kilomètre de lignes électriques endommagé    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    Tebboune ordonne l'accélération des enquêtes et la sanction des auteurs    L'Espagne exprime la volonté de développer la coopération avec l'Algérie    "Je ne quitterai Nice que pour un grand club"    Décés de la comédienne Nouria Kazdarli a l age de 99 ans    La mosquée Sidi Ghanem n'a subi aucun dégât    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    Start-up: le Fonds de financement opérationnel dès la semaine prochaine    Sortie de promotions d'officiers de l'ESDAT de Reghaïa    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Les révélations glaçantes de sa famille    13 relaxes et une condamnation avec sursis    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    L'entraineur zeghdoud donne son accord de principe au nahd    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La classe politique sort de sa léthargie
Prise de court par le mouvement populaire et la pandémie de Covid-19
Publié dans Liberté le 12 - 07 - 2020

La scène politique se réanime enfin. Après une éclipse qui aura duré plusieurs mois, les partis politiques réinvestissent lentement la scène. Elles sont plusieurs formations politiques à tenter de redynamiser leurs structures et à sortir de la longue léthargie dans laquelle elles sont plongées. Pris de court par le mouvement populaire du 22 février 2019, rares étaient les partis qui ont su ou pu accompagner le soulèvement. À cette situation provoquée par le mouvement populaire s'est greffée la pandémie de Covid-19 qui a mis en veilleuse toute activité publique, y compris celle des partis politiques. Hormis quelques formations qui ont tenu bon devant la déferlante citoyenne du 22 février, d'autres partis semblent être laminés par la colère citoyenne contre le régime en place. Ce même mouvement, qui a supplanté les rares structures partisanes à travers lesquelles le discours antipouvoir passait tant bien que mal, s'est imposé de lui-même comme l'interlocuteur incontournable. Sans pour autant remettre en cause l'existence de ces partis, seules quelques formations de l'opposition ont continué, timidement, à activer.
À l'exception du RCD, du FFS, du MDS, du PLD et du PT — ces dernières sont réunies au sein du PAD —, toutes les autres formations, notamment celles du pouvoir ou qui gravitaient autour de lui, subissent le mouvement populaire comme un long jour sans pain. Ils battent de l'aile et n'arrivent toujours pas à se ressaisir pour jouer le rôle qui devait être le leur. Laminées et balayées presque définitivement de la scène politique, ces formations n'ont donné signe de vie que pour tenter de se replacer. C'est le cas du FLN et du RND qui ont tenu, au pied levé, des congrès extraordinaires pour se remettre sur selle avec de nouvelles équipes dirigeantes.
Le TAJ et le MPA sont aux abonnés absents. Si pour le TAJ, le congrès, que devaient tenir récemment certains de ses membres, a été renvoyé à une date ultérieure, faute de quorum, au MPA, les choses évoluent d'une autre manière et rien n'indique que le parti fondé par Amara Benyounès opérerait un quelconque changement pour le moment. Les partis du pouvoir font ainsi face à des situations complexes. Les chefs des partis de l'ex-Alliance présidentielle sont tous incarcérés. Les appareils qu'ils ont mis sur pied pour coopérer avec le pouvoir de Bouteflika deviennent caducs et trouvent du mal à redorer leur blason, tant la rue exige leur dissolution. Même topo pour les formations islamistes les plus en vue sur la scène politique.
Ni le MSP et encore moins le FJD de Djaballah n'ont pu échapper au rouleau compresseur de la rue. Absents des manifestations publiques, le parti de Makri et celui de Djaballah ont choisi de rester à l'écart et de patienter. Surtout que le chef du MSP s'était impliqué avec Saïd Bouteflika dans ses tentatives de maintenir son frère au pouvoir. Avec cette réanimation qui remet du mouvement sur la scène politique, il y a lieu de souligner que l'avant-projet de Constitution soumis au débat et l'annonce d'élections législatives peuvent donner encore de punch aux partis politiques.
Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.