Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fièvre du mouton monte
Mascara à l'approche de l'Aïd el-adha
Publié dans Liberté le 14 - 07 - 2020

Les chefs de famille accordent une attention particulière pour le rituel, même si les avis restent partagés entre ceux qui souhaitent son maintien et ceux qui y émettent des réserves.
Depuis l'apparition de la pandémie de coronavirus, toutes les activités commerciales sont reléguées au second plan, hormis celles liées aux produits de première nécessité. Néanmoins, au fur et à mesure que les jours s'égrènent et que l'Aïd El-Adha se rapproche, un autre sujet s'illustre, celui de l'achat du mouton. En effet, depuis près d'une semaine, les chefs de famille manifestent une attention particulière pour le rituel, même si les avis restent partagés entre ceux qui souhaitent le maintien de cette tradition et ceux qui émettent des réserves au vu des circonstances actuelles de crise sanitaire.
Toutefois, en cette période exceptionnelle, les éleveurs, les maquignons et les intermédiaires sont entrés en scène et s'imposent dans toutes les transactions. Certains chefs de famille spéculent sur l'annulation de cette fête car n'étant pas en mesure financièrement de répondre aux exigences de leurs enfants et d'accéder à leur vœu qui consiste en l'achat du mouton. L'année passée, à pareille époque, la création des points de vente des moutons dans presque les toutes les communes dominait et une animation particulière était recensée au niveau des marchés aux bestiaux.
Néanmoins, si les circonstances du coronavirus ont incité les autorités locales à opter pour la prudence en interdisant la création de points de vente sauvages et en tenant fermés les marchés aux bestiaux, les opérations d'achat se déroulent dans les étables, les écuries et les enclos qui abritent les moutons des éleveurs. Ainsi, les maquignons mettent à profit cette aubaine pour placer la barre très haut et imposer les prix des moutons destinés au sacrifice cette année, ce qui constitue un véritable paradoxe. En dépit de l'abondance de la nourriture et les pâturages couverts d'herbe en cette période estivale, les prix demeurent inaccessibles. "Tant qu'il y a des pâturages, on débourse moins, on n'est pas contraints de vendre toutes nos bêtes ; du coup la demande dépassera l'offre, chose qui fera grimper les prix", a révélé un maquignon de la région de Mascara.
Certes, les dernières précipitations ont fait flamber les prix du mouton de l'Aïd et le sacrifice semble être hors de portée du simple salarié pour cette année. "À une dizaine de jours de l'Aïd, le mouton est très cher. Il va falloir attendre la veille de l'Aïd pour en acheter", a déclaré un père de famille. Un agneau d'une dizaine de kilos, qui valait l'année dernière 30 000 DA, a été cédé ces derniers jours à 50 000 DA.
Pour le mouton, les prix sont intouchables. Ils varient entre 60 000 et 80 000 DA. Cette hausse est justifiée, d'une part, par la cherté des aliments pour bétail pour les éleveurs qui engraissent leurs ovins destinés à la vente et, d'autre part, attribuée aux spéculateurs qui, comme à l'accoutumée, profitent de cette occasion pour s'enrichir. "Au mois de mai dernier, j'ai acheté une dizaine de petits agneaux à raison de 10 000 DA chacun. Je les ai engraissés durant 3 mois dans un garage. Ce matin, je suis parvenu à vendre trois agneaux à plus de 50 000 DA la tête à un autre revendeur qui sans doute les vendra à plus de 55 000 DA", nous a déclaré un retraité de son état.
Pour le pauvre citoyen, il reste à espérer une possible accalmie la veille de l'Aïd, mais cela relève surtout du tempérament des maquignons et autres spéculateurs.

A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.