Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Des nouveautés en attendant le 5 Juillet...    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une dizaine de ports secs suspendus
Activité de transfert de marchandises
Publié dans Liberté le 23 - 07 - 2020

La Direction générale des douanes précise que la décision de "suspension des transferts de marchandises vers les ports secs vient en exécution des instructions des pouvoirs publics".
La Direction générale des douanes (DGD) a décidé de suspendre l'activité de transfert de marchandises vers une dizaine de ports secs, selon une note interne adressée, en date du 20 juillet 2020, aux directeurs régionaux, aux chefs de services des contrôles a posteriori et aux chefs des inspections divisionnaires des douanes. La DGD a ainsi fixé une liste de dix ports secs concernés par cette mesure de suspension de transfert de marchandises, à savoir trois à Alger, trois à Blida, deux à Annaba, un à Constantine et un autre à Sétif.
À souligner que cette liste de ports secs visés par la décision de suspension comprend des entreprises privées, mais également des entreprises publiques à l'instar du port sec de Constantine dépendant de l'entreprise portuaire de Skikda (EPS) et de celui de Sétif qui, lui, dépend de l'entreprise portuaire de Béjaïa (Tixter). Dans sa note, la direction générale des douanes précise que cette décision de suspendre les transferts de marchandises vers ces ports secs vient en exécution des instructions des pouvoirs publics.
Lors de la réunion du Conseil des ministres, tenue le 14 juin dernier, le président de la République Abdelmadjid Tebboune, avait, rappelle-t-on, mis en garde contre les risques que représentent certains ports secs, dans leur état actuel, pour la sécurité et la souveraineté nationales ainsi que pour le Trésor public. Le chef de l'Etat avait ordonné, lors de la même réunion, "la fermeture immédiate des ports secs non autorisés". Il avait également enjoint au gouvernement "de faire obligation aux ports secs autorisés de se doter de scanners pour faciliter le contrôle par les douanes".
Abdelmadjid Tebboune avait, en outre, chargé le gouvernement de réorganiser ce secteur et de l'annexer aux ports nationaux en vue de garantir le service de maintenance après-vente, la sécurité et la souveraineté nationales, et de mettre un terme au gaspillage de la devise. La hausse importante des importations de marchandises en Algérie a amené les pouvoirs publics à ouvrir le champ à la création de ports secs par des opérateurs privés avec l'obligation d'avoir un agrément.
Autorisés depuis 2009, à travers un Conseil interministériel, le recours aux ports secs devait aider à pallier les dysfonctionnements dans le secteur, à développer les capacités logistiques et le potentiel d'exportation depuis les ports et surtout à alléger un tant soit peu la charge qui pesait sur les infrastructures portuaires. Au départ, l'autorisation d'aménagement de ports secs avait été accordée au bénéfice du seul port d'Alger, pour lui permettre de désengorger ses quais. Par la suite, à cause du laisser-faire, les ports secs ont commencé à essaimer à proximité de l'ensemble des quinze zones portuaires commerciales du pays.
Depuis, plus d'une quinzaine de ports secs ont été autorisés dans le pays et parmi eux, au moins cinq appartiennent à des compagnies maritimes étrangères. Au final, l'objectif n'a pas été atteint et les ports secs sur lesquels misaient les pouvoirs publics sont devenus synonyme de gabegie et de laisser-aller en l'absence de contrôle et de rigueur. Selon les chiffres de l'Axenal, les coûts des services de transport maritime et des ports secs coûtent 12 milliards de dollars au Trésor public.

Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.