Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Les avocats en colère    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Ces nids à problèmes    L'initiative de Macron pour le Liban bat de l'aile    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Mostaganem : La police met en échec une tentative d'émigration clandestine    Les écueils d'une rentrée inédite    Jijel : La barre des 1000 contaminés dépassée    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Fantasme électronique !    Table ronde sur le droit et l'accès à l'information    1er Festival du tourisme rural, la forêt de Aïn-Sedjra à l'honneur    «Pour que la nature soit toujours plus belle»    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    La révolte des robes noires    Zeghmati, le certificat de nationalité, le casier judiciaire et le bon sens    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    ANSEJ: large mouvement au niveau des directions d'annexes    Les effets négatifs du stress sur votre apparence    Ain Bessem: Une femme blessée dans un incendie    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    RC Relizane: Aucun projet sportif à l'horizon    GC Mascara: Vers le retour du président Bouchentouf    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    L'avis des experts    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Après plusieurs mois de fermeture : Le musée des Beaux-arts d'Alger rouvre ses portes    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères
Crise politique Liban
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2020

Le conseiller diplomatique du président libanais Michel Aoun, Charbel Wehbé, a été nommé ministre des Affaires étrangères après la démission de Nassif Hitti, qui a expliqué sa décision par l'absence de volonté politique de réforme, alors que le pays traverse la pire crise économique de son histoire. Moins de six heures après la démission lundi du chef de la diplomatie libanaise Nassif Hitti, le président Michel Aoun lui a trouvé un successeur, ont rapporté hier des médias locaux, estimant que "la rapidité avec laquelle le nouveau ministre des Affaires étrangères a été nommé dénote une volonté des dirigeants d'absorber autant que possible le choc provoqué par le départ de Nassif Hitti, qui fragilise le gouvernement de Hassane Diab, déjà confronté à d'importants défis économiques, politiques et sanitaires". L'ancien chef de la diplomatie a justifié sa décision par "l'absence de volonté effective de réaliser une réforme structurelle et globale voulue par les Libanais et la communauté internationale". Nassif Hitti a dit avoir trouvé pendant l'exercice de ses fonctions "plusieurs patrons et des intérêts contradictoires". "S'ils ne s'entendent pas pour sauver le peuple libanais, le navire coulera avec tout le monde dessus", a-t-il prévenu.
L'effondrement depuis octobre dernier de la monnaie libanaise a provoqué une crise économique sans précédent qui a alimenté un mouvement de contestation au Liban et de remise en cause des élites, accusées de corruption. Le Liban sollicite depuis le mois de mai une aide du FMI sur la base d'un plan de sauvetage mis au point par le gouvernement, mais des "dissensions internes" persistent, notamment en ce qui concerne les "pertes à faire assumer au secteur financier et les moyens de les couvrir".
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.