La wilaya d'Alger réagit    Le Graët pessimiste pour un match Algérie-France avant la fin de son mandat    League Cup: Tottenham qualifié par forfait    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le Bayern remonte sur scène, retour risqué des fans    Quand le bricolage fait des siennes    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Les détails du protocole sanitaire    Téhéran crie victoire face à Trump    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le directeur sous contrôle judiciaire    Le niveau de l'eau en baisse significative    Investiture en catimini du président Loukachenko    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fille des Aurès
22e partie
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2020

Résumé : À la fin du cycle secondaire, Hakima décroche enfin le diplôme qui lui permet de rêver d'horizons nouveaux. Mais sa joie sera de courte durée, car elle ne sait pas ce qui l'attend. Une seule question trotte dans sa tête : que va-t-elle devenir maintenant ?
LE DESTIN DES UNS ET DES AUTRES
L'orphelinat n'est plus pour elle qu'un passé. Elle a bouclé ses 18 ans et a de ce fait dû quitter les lieux et se débrouiller par ses propres moyens. On lui a donné des indications et a été orientée vers d'autres institutions, où elle peut résider momentanément, en attendant de trouver un travail et de faire sa vie. Le jour de la remise des diplômes, elle se confie à Athmane.
- Je veux te demander ton avis, Athmane.
- Oui. Bien sûr. Mais à quel sujet ?
- Je ne sais plus quoi faire.
Athmane sourit.
- Tu es émue, cela se comprend. Tu viens de décrocher le bac avec la meilleure mention, et tu te demandes si tu iras de l'avant ou t'arrêter là.
Elle pousse un soupir.
- Tu l'as compris. Je ne pourrai jamais faire d'études supérieures. Veux-tu m'aider à décrocher un petit job, en attendant que je trouve où loger ?
Athmane demeure bouche bée.
- Tu divagues ou quoi ? Et tes études ?
Hakima est confuse. Elle s'attendait à cette question, mais ne sait pas quoi répondre. Elle demeure silencieuse.
- Ne me dis pas que tu vas tout balancer pour aller bosser comme "bonne à tout faire" chez des gens ?
- Il n'y a pas de sot métier, Athmane. Je dois gagner ma vie. Bonne à tout faire vaut bien mieux que bonne à rien faire. Je peux donner des cours, faire des courses, garder des enfants, faire la cuisine...
- Arrête donc avec tes sornettes. Tu ne feras rien de tout cela. Tu vas entamer le cycle supérieur de tes études.
Hakima ébauche un sourire triste.
- Facile à dire. Je vais faire des études qui demandent de l'argent. Avec quoi vais-je payer mes livres ? Avec quoi vais-je subsister durant de longues années ?
- Mais tu vas résider dans une cité universitaire. Quant à autre chose, n'oublie pas qu'on va t'attribuer une petite bourse d'études. Certes, elle n'est pas consistante, mais étant donné que le gîte et le couvert sont déjà assurés, tu pourras faire face à tes menues dépenses, sans trop de mal.
- Tu sais bien que je ne pourrai jamais faire face à toutes les dépenses. Le cursus universitaire demande de la recherche et beaucoup de déplacements, sans compter les autres frais d'études.
Athmane se passe la main dans les cheveux.
- Hakima, ce serait une folie d'abandonner maintenant. Tu es promise à un bel avenir. Certes, cela va s'avérer dur, mais pas impossible. D'ailleurs, tu ne m'as pas encore dit ce que tu veux choisir comme branche d'études après le tronc commun.
- Moi-même je ne le sais pas encore. J'hésite entre la littérature et les sciences de l'information et de la communication.
- Bien ! Je te suggère donc de prendre le temps de réfléchir. Passe me voir à l'hôpital lorsque tu auras pris une décision définitive. Nous en rediscuterons. Mais ce que je n'admets pas, c'est de te voir abandonner. L'échec n'est pas pour toi. Quels que soient tes arguments, je ne te laisserai jamais abandonner tes études.
Hakima passe une semaine à réfléchir. Tout compte fait, Athmane avait raison. Elle sait qu'il ne veut que son bien. Elle sent son cœur se pincer. Sa "maman" voulait la voir réussir et heureuse dans sa vie. Un vœu qu'elle devrait respecter. Mais comment ? Comment faire face à toutes les charges pour entamer des études supérieures et les mener jusqu'au bout.
N'en pouvant plus, elle passe à l'hôpital voir Athmane. Seul ce dernier pourra la réconforter. Il lui a déjà donné son avis sur cette question. Mais elle préfère encore en reparler avec lui, avant de se décider. De la discussion jaillit la lumière !
Elle arrive à l'hôpital juste au moment où Athmane terminait sa garde et s'apprêtait à quitter le service. Il paraît tout d'abord surpris de la voir, puis se ravise et la fait asseoir, avant de lui proposer un thé.

(À SUIVRE)
Y. H.
y_h[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.