Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le corona met la vie culturelle en berne
Annulations, reports de festivals et pertes financières
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2020

Véritables bouffées d'oxygène pour bon nombre d'estivants à la recherche de divertissements et de nouvelles sensations, les festivals, étatiques et indépendants, manqueront grandement à leurs habitués.
Bientôt six mois que la Covid-19 a balayé d'un revers de main les habitudes et les certitudes. Plus de festivals, de concerts, de ventes-dédicaces, de foires, ni de tables-rondes qui égayaient un tant soit peu le quotidien des mélomanes, cinéphiles et autres férus de lecture. Le monde n'aura jamais connu un tel bouleversement tant sur les plans sanitaire, économique, social que culturel, secteur traditionnellement en ébullition durant la saison estivale.
Si la situation à ses débuts était difficile, pour les organisateurs (publics, privés et les associations culturelles), les artistes et leur public, elle est désormais intenable, car elle met davantage en péril des évènements qui avaient déjà du mal à survivre avant l'apparition du virus dans un secteur miné par toutes sortes de maux : précarité des artistes, bureaucratie, manque d'initiatives indépendantes, etc. L'impact de la Covid-19 aura sur le long terme des répercussions économiques sans précédent.
À l'heure actuelle, les experts estiment les pertes mondiales ayant touché la culture et les arts à plusieurs centaines de milliards de dollars. Pour minorer les répercussions et garder le contact avec leur public, les organisateurs ont, certes, "trouvé la parade" en se reconvertissant aux activités virtuelles sur les réseaux sociaux plus particulièrement afin de combler le vide culturel qui s'est imposé.
Mais les avancées technologiques ont aussi leurs limites, et, dans ce cas de figure, pour un secteur dont la pérennité est dépendante de la présence d'un public plus ou moins nombreux, l'absence de perspectives serait fatale. Rien ne peut remplacer les sensations et émotions qu'un live, une expo, une lecture dans une libraire, une rencontre avec un artiste ou le spectacle d'une troupe sur les planches peuvent procurer. Alors, près de six mois après, qu'en est-il de l'impact social de ce "krach culturel" sur le court et long termes ?
Moral en berne du côté des organisateurs
Véritables bouffées d'oxygène pour bon nombre d'estivants à la recherche de divertissements et de nouvelles sensations, les festivals, étatiques et indépendants, manqueront grandement à leurs habitués et aux villageois qui les accueillent pour les festivals itinérants comme Raconte-Arts. Ce dernier, créé en 2004 par le trio Denis Martinez, Saleh Silem et Hacène Metref, est l'un des plus attendus de la saison. Prévu cette année à Yakouren, Raconte-Arts subit lui aussi les répercussions dues à la pandémie. "Les conséquences de l'annulation du festival sont négatives, surtout pour ce qui est des villages qui l'abritent", a fait savoir Hacène Metref, son cofondateur. "Les commerçants, les hôtels et les transports ne travaillent pas. Raconte-Arts est devenu un festival qui fait rentrer énormément d'argent aux villages."
Et de continuer : "Nous souffrons de cette annulation mais nous prenons notre mal en patience. Les gens, les habitués sont aussi tristes et impatients de ce «non Raconte-Arts». De plus il n'y a pas que les Algériens, certains étrangers sont déçus de ne pas pouvoir vivre cette année encore l'exceptionnelle expérience qu'est ce festival. Même dans la rue, les gens m'interpellent. Car c'est devenu un rendez-vous unique en termes de relations humaines, de rencontres et d'échanges."
Même son de cloche du côté de l'association Project'heurts, organisatrice des Rencontres cinématographiques de Béjaïa, qui se tiendront finalement au printemps 2021. "Ne pas être au rendez-vous cette année est difficile pour nous. Parce que tout notre travail tourne autour de la continuité", nous a expliqué Samir Abdelbost, président de l‘association. "Nous préparons néanmoins des projections en plein air et des ateliers pour septembre.
C'est envisageable, nous sommes en train d'étudier la faisabilité de la chose, mais ça reste au conditionnel, car on n'a toujours pas de visibilité." Au plan local, c'est toute une tradition cinéphile qui est ébranlée. Le moral des troupes aussi n'est pas au top. "Les Bougiotes sont habitués aux RCB, d'où l'organisation d'une alternative en septembre, nous l'espérons, afin de ne pas laisser ce vide et préserver une dynamique qui existe depuis dix-sept ans", a-t-il conclu.
Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.