"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Présidence veut imprimer sa marque diplomatique
mouvement partiel dans 4 représentations à l'étranger
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2020

C'est un changement à dose homéopathique que le président Tebboune est en train d'imprimer à l'appareil de l'Etat. Après les mouvements dans les corps des walis et dans celui des chefs de daïra, le chef de l'Etat a opéré, jeudi 17 septembre, un mouvement diplomatique partiel touchant des représentations de première importance comme Paris, Bruxelles ou encore Genève.
"Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a opéré, jeudi, un mouvement partiel dans le corps diplomatique ayant concerné certaines ambassades en Europe et en Afrique (...) Les nouveaux ambassadeurs prendront leurs fonctions une fois les procédures en vigueur finalisées", a annoncé la Présidence dans un communiqué repris par l'agence APS.
Ainsi, Lazhar Soualem, directeur général des relations multipartites au ministère des Affaires étrangères, est nommé ambassadeur, représentant permanent de l'Algérie auprès du bureau des Nations unies à Genève. Le poste était vacant depuis la mi-mars 2020, date à laquelle son titulaire, Rachid Belbaki, nommé début novembre 2019, a été rappelé à Alger sans que l'on donne la moindre explication.
Pour sa part, Mohamed Hannache, directeur général "Europe" au ministère des Affaires étrangères, a été désigné ambassadeur d'Algérie en Belgique et son représentant permanent auprès de l'Union européenne (UE) en remplacement d'Amar Belani qui, tout porte à le croire, occupera un poste à la Présidence.
Concernant l'ancien ambassadeur d'Algérie à Libreville (Gabon), Antar Daoud, il a été promu ambassadeur d'Algérie en France, en remplacement de Salah Labdioui qui, lui, a hérité de la représentation diplomatique algérienne en pays helvétique.
Enfin, Abdelhak Aïssaoui, chargé d'études et de synthèse auprès du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, est nommé ambassadeur d'Algérie au Gabon. Pourquoi ces nominations et à ce moment précis ?
D'aucuns peuvent y voir une volonté du président Tebboune de marquer son territoire et d'imprimer sa marque à la politique internationale du pays, en choisissant des hommes à lui à même de répercuter fidèlement sa parole, mais aussi d'expliquer ses choix politiques ou autres auprès des partenaires étrangers du pays qui, parfois, peuvent ne pas en saisir toutes les nuances.
Et le prochain mouvement dans le corps diplomatique — plus large celui-là — qui, selon certains, aurait lieu, en novembre prochain, semble conforter cette analyse.
Avec la conjoncture politique et économique que connaît actuellement le pays, mais aussi les futures échéances électorales (référendum sur la révision constitutionnelle, etc.), le chef de l'Etat a peut-être senti le besoin d'injecter un sang neuf dans les rouages de l'Etat capable de faire face à l'adversité et d'assurer l'"après-vente" à ses projets politiques.
En somme, avec ce "changement" qu'il essaie d'impulser, le président Tebboune semble vouloir lancer un message aux partenaires étrangers : une "Algérie nouvelle", avec de nouvelles têtes, est en train de naître. Des observateurs peuvent, toutefois, voir dans certaines de ces nominations des sanctions prises à l'encontre des anciens titulaires de ces postes.
C'est le cas des ex-représentants permanents de l'Algérie auprès du bureau des Nations unies et auprès de l'Union européenne (UE). Ces deux organisations avaient, toutes les deux, critiqué, il y a quelques jours, l'Algérie, notamment sur le dossier de l'emprisonnement de Khaled Drareni qui a provoqué un tollé au pays et à l'étranger.

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.