Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    L'AC Milan et Tottenham de retour    Macron et l'arabe    Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le port de Skikda renforcé    La liberté dans le respect de l'autre    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Musulmans de France, tous coupables ?    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale
Proclamant unilatéralement le retour des sanctions de l'ONU contre l'Iran
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2020

Après l'échec de la résolution américaine à l'ONU, le 20 août dernier, visant à prolonger l'embargo sur la vente d'armes à l'Iran, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a déclenché samedi soir une procédure controversée appelée "snapback".
Seuls contre tous. Les Etats-Unis ont proclamé, unilatéralement, le retour des sanctions de l'ONU contre l'Iran, provoquant un véritable tollé international, après notamment les déclarations surprenantes du secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, qui, en plus d'assurer la reprise de ces sanctions, menace les pays membres de l'ONU de "sanctions secondaires", si ces derniers n'appliquent pas ces mesures qualifiées d'"imaginaires" par l'Iran. "Aujourd'hui, les Etats-Unis saluent le retour de quasiment toutes les sanctions de l'ONU contre la République islamique d'Iran auparavant levées", a déclaré le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, dans un communiqué, dans la nuit du samedi à dimanche.
Selon lui, ces mesures punitives sont "à nouveau en vigueur" depuis samedi 20h (minuit GMT dimanche), ajoutant que "si des Etats membres de l'ONU ne remplissent pas leurs obligations pour appliquer ces sanctions, les Etats-Unis sont prêts à utiliser leurs propres outils pour punir ces défaillances", a prévenu Mike Pompeo. Il a promis que des "mesures" américaines seraient annoncées "dans les prochains jours" contre "ceux qui violent les sanctions de l'ONU". Mais pour le reste du monde, il n'a jamais été question d'un retour des sanctions de l'ONU.
La politique de Washington de "pression maximale" sur l'Iran s'est transformée en "isolement maximal" pour les Etats-Unis, a réagi hier le président iranien Hassan Rohani, après que les grandes puissances ont rejeté l'annonce américaine du rétablissement des sanctions onusiennes contre Téhéran. La Russie, la Chine, mais aussi les alliés européens des Américains contestent en effet cette affirmation. "Toute décision ou mesure prise dans l'intention de rétablir" les sanctions "n'aura aucun effet juridique", avaient répondu par avance la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne dans une lettre commune adressée vendredi à la présidence du Conseil de sécurité.
Les Américains "se rendent compte eux-mêmes qu'il s'agit d'une déclaration mensongère", a aussi assuré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. "Les initiatives et actions illégitimes des Etats-Unis ne peuvent par définition avoir de conséquences internationales légales pour les autres pays", a, pour sa part, déclaré hier le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.
Comment Mike Pompeo s'est-t-il fendu d'une déclaration aussi spectaculaire, se mettant à dos l'ensemble de la communauté internationale ? Il faut remonter à la mi-août, lorsque l'administration Trump essuie un revers retentissant au Conseil de sécurité de l'ONU dans sa tentative de prolonger l'embargo sur les armes conventionnelles visant Téhéran, qui expire en octobre.
Accusant dans une attaque d'une rare violence Paris, Londres et Berlin d'avoir "choisi de s'aligner sur les ayatollahs" au pouvoir dans la République islamique, Mike Pompeo déclenche le 20 août une procédure controversée surnommée "snapback" et censée rétablir un mois plus tard toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran.
Ces sanctions, rappelle-t-on, avaient été levées en 2015, quand Téhéran s'était engagé, dans un accord international, à ne pas se doter de l'arme nucléaire. Mais le président Trump, jugeant insuffisant ce texte négocié par son prédécesseur, Barack Obama, en a retiré en 2018 les Etats-Unis, qui ont dans la foulée rétabli leurs propres sanctions bilatérales.
À présent, dans une pirouette juridique, les Etats-Unis invoquent leur statut de pays "participant" à cet accord, qu'ils ont quitté pourtant avec fracas, dans le seul but d'activer le "snapback". La capacité de Washington à se prévaloir de ce statut est contestée par la quasi-totalité des autres pays membres du Conseil de sécurité, qui n'a donc pas donné suite à la démarche.
L'administration Trump fait désormais comme si les sanctions internationales étaient de retour, tandis que les autres puissances entendent faire comme si de rien n'était.

K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.