Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Budget 2021: le secteur de l'Habitat détient la part du lion    Sahara occidental : créer une ONG pour plaider en faveur de l'indépendance du peuple sahraoui    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Réunir la famille du FFS sous un même toit"
Le parti a tenu hier son Conseil national
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2020

L'autre écueil que doivent désormais surmonter les responsables du parti est celui de son siège national.
Après la tenue, en juillet dernier, de son congrès extraordinaire, le Front des forces socialistes a réussi le pari d'organiser, depuis hier, une session de son conseil national qui ne s'est pas réuni depuis le 25 janvier 2019.
"Nous avons réussi à nous mettre dans une même salle", se félicite un cadre du parti. Au sein du FFS, cela fait plus de 19 mois que les différentes tendances du parti ne se sont pas rencontrées. Les chroniques des médias axaient surtout sur les dissensions internes, oubliant du coup que le parti politique était jadis une force de propositions. Cette crise, l'une des plus graves que le parti ait connues depuis 1989, a failli l'emporter. Sa cohésion était menacée par une guerre de positions qui a poussé une partie de sa direction à fuir le siège national.
C'est donc avec cette peur que les membres du conseil national, convoqués par l'instance présidentielle, sont venus assister, hier matin, à la réunion du conseil national qui devait s'ouvrir à Chéraga, à Alger. La peur s'est installée d'autant qu'un groupe de militants, visiblement fidèles à Ali Laskri, qui perd toute influence sur le parti puisqu'il n'est plus membre du conseil national depuis sa démission de l'APN, a tenté de perturber les travaux. Les militants en question ont tenté de bloquer la tenue de la rencontre avec un seul argument ; leur absence devait provoquer l'absence du quorum.
Le stratagème ne marche pas. Les rares "opposants" au processus actuel ont été vite mis en minorité. Vers midi, les travaux se déroulaient à huis clos, le plus normalement du monde. "Le plus important est qu'aujourd'hui, on a réussi à réunir toute la famille du FFS sous un même toit", se félicite Djamel Baloul, député et membre de la direction actuelle du parti. Pour le parlementaire de Bouira, il était important "de dépasser les querelles personnelles" pour "le bien du parti".
Les discussions au sein du conseil national du FFS tournait essentiellement autour de la situation politique — le parti va réitérer son refus de cautionner le processus politique en cours et son refus d'adopter l'actuelle révision constitutionnelle. Cela sera inscrit dans la résolution politique qui va être rendue publique très probablement durant la matinée d'aujourd'hui. Sur le plan organique, les membres du conseil national devaient donner un cap pour la tenue, courant 2021, du congrès ordinaire qui dessinera, très probablement, les nouveaux contours du FFS.
Les avis sont souvent unanimes d'ailleurs pour la suppression du présidium et son remplacement par un poste de président ou de secrétaire général. En attendant, les dirigeants du parti doivent également s'exprimer sur l'attitude à adopter par rapport au PAD (Pacte pour une alternative démocratique). C'est l'un des points qui provoquent des divergences au sein du parti.
L'autre écueil, que doivent désormais surmonter les responsables du FFS, est celui du siège. L'éphémère premier secrétaire national Belkacem Benamar refuse toujours de restituer les clés du siège national du parti à la nouvelle équipe dirigeante. Pour éviter de se donner en spectacle, l'équipe dirigée par Youcef Aouchiche évite d'utiliser la force. Des démarches sont entreprises, afin de convaincre le maire de Naciria (Boumerdès) de rendre le siège du parti à la direction actuelle.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.