Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    La liberté dans le respect de l'autre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira
ils ont observé jeudi Un sit-in
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2020

Le torchon brûle entre les paramédicaux de l'EPH de Bouira et de Aïn Bessem et leurs directions. Des dizaines d'infirmiers de ces deux structures de santé ont organisé un sit-in de protestation, jeudi, devant le siège de la direction de la santé pour crier leur ras-le-bol.
Les protestataires se plaignent des agissements autoritaires de leurs directeurs. Ils dénoncent un climat délétère. Pour la section syndicale de l'EPH de Aïn Bessem, affiliée au Snapap, ses membres subissent les pressions de la direction de l'hôpital.
Cette dernière, estiment-ils, ne fait qu'entraver le travail syndical. "Il y a un abus d'autorité de la part du premier responsable de l'EPH de Aïn Bessem. Il exerce une terrible pression sur les membres de la section syndicale ; il les pousse à se retirer du syndicat. Nous avons dénoncé ces pratiques à maintes reprises, rien n'a changé", a déclaré le secrétaire général du Snapap à Bouira.
Ce syndicaliste a évoqué le silence complaisant et l'inaction des responsables du secteur de la santé quant aux doléances des employés et aux engagements pris lors des réunions avec le partenaire social. "Le directeur de la santé a ouvert les portes du dialogue, mais il ne donne aucune suite aux points discutés.
Tout ce qui est écrit dans les PV demeure lettre morte. Si nous sommes là aujourd'hui, c'est dans le but de briser ce mur érigé par l'administration pour isoler les syndicats", ajoute-t-il. En guise de réponse, un responsable à la direction de la santé a déclaré à la radio locale que l'action de protestation observée avant-hier par la section du Snapap de l'EPH de Aïn Bessem est illégale.
Ainsi, le même responsable a tenu à affirmer que cette même section est illégitime car son bureau n'a pas encore été renouvelé. Les dossiers devaient être déposés avant le 30 juin 2020. Ce qui n'a pas été fait, selon le représentant de la DSP.
Pour ce qui est du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), la section de l'EPH Mohamed-Boudiaf crie à la marginalisation. Les syndicalistes dénoncent l'absence de dialogue avec la direction. "La direction de l'hôpital nous a marginalisés depuis le mois de mars en tant que partenaire social. Avant la crise sanitaire, on entrait quand on veut dans le bureau du directeur.
Il nous recevait et nous arrivions à trouver des solutions aux problèmes qui se posaient. Mais dès que la crise s'est déclarée, la direction a fermé toutes les portes du dialogue", a déclaré Laref Triki, secrétaire général de la section du SAP.
Ce dernier souligne que le personnel paramédical de l'hôpital travaille dans un climat des plus tendus. Plusieurs actions de protestation ont été organisées depuis le début de la crise sanitaire.
En vain. La direction continue de faire la sourde oreille. Le SAP a tenu également à dénoncer l'absence d'une cellule d'écoute au niveau de l'EPH devant assurer la prise en charge psychologique du personnel soignant qui est pleinement touché par l'épuisement professionnel depuis le début de la pandémie.
"En fermant les portes du dialogue, ils ne font qu'aggraver la crise. Ils ne cessent de dire que leurs portes sont ouvertes, c'est faux. Les paramédicaux veulent que les choses se fassent dans la concertation. La direction ne peut pas régler les problèmes de l'hôpital sans nous", ajoute le SG du SAP.

Ali CHERARAK


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.