Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies
Exposition collective à Dar Abdeltif
Publié dans Liberté le 29 - 09 - 2020

À Dar Abdeltif, il y a du bon mais aussi du beau au bout d'une longue période de précarité culturelle due à la Covid-19. Sur ce point, les biout (pièces) de l'ouast-eddar "papillotent" de couleurs autour de l'oriflamme fertilisante du "divin" duo d'artistes qui cohabitent ainsi dans le chic et dans la hardiesse de leur inventivité dans notre "villa Médicis". C'est là le la qui est donné dimanche 27 septembre au vernissage des expositions "Baraka" et "Papillons" qui coïncident avec la rentrée culturelle, a-t-on su de Abdelkader Bendamèche, directeur général de l'Aarc (Agence algérienne pour le rayonnement culturel).
Dès lors, il y a dans une aile de la Casa Vélasquez l'artiste plasticien Ahmed Mebarki, et de l'autre côté du pavillon on trouve l'artiste photographe Rafik Zaïdi, et sur lesquels veille de sa sainte garde l'aura du saint Choaïb Abou Madyan El-Andaloussi dit Abou Madyan (1126-1197) qui a dressé sa "qobba" de "Maqam qalam el-ouali" dans le verdoyant djenane (jardin) du XVIIe siècle.
À cet égard, l'artiste plasticien Ahmed Mebarki ose le challenge d'unir l'art à la félicité divine. En ce qui a trait au culte se profile dans l'humilité qu'il y a dans sa "mosaïque spirituelle", dont "L'amour divin", où cet ancien de l'Ecole régionale des beaux-arts de Azazga (2011) brave l'interdit qu'imposent les faux dévots. Autrement dit, l'art tout autant que la piété roulent sur le même essieu afin d'aboutir à une destinée commune, où il est loisible à l'âme en quête d'une douce béatitude de butiner l'extase.
"Longtemps j'ai fait mien le concept de la foi d'où résulte l'effort de l'innovation et de la création de l'œuvre d'art. D'ailleurs, c'est l'intitulé de mon mémoire de fin d'études", a déclaré l'auteur de Portraits de saints, eu égard sans doute à Sidi Belloua et à l'amour qu'il voue à Bgayet ou Béjaïa, la ville sainte aux 99 saints. D'où l'auréole à l'aura du soufi qui sarcle la toile d'Ahmed Mebarki, L'homme est un chantier ouvert à Dieu. Autre challenge, l'artiste Ahmed Mebarki ose à coups de "canne de Moïse" ouvrir une bouteille de vin de Tlemcen à l'étiquette découpée dans les "réelles vieilles lettres d'amour qu'il a écrites d'une plume qu'il a trempée dans l'encre sacrée" et qu'il a gardée jalousement.
D'où l'aura mystérieuse qui sarcle les toiles d'un zeste de poésie mystique de ce lauréat du 1er prix du concours national (pour professionnels) Ahmed Asselah (2016). Autre étape, celle du festival Artifariti (Sahara occidental) d'où est revenu l'artiste photographe Rafik Zaïdi, avec dans sa chambre noire un diaporama de portraits de femmes sahraouies suivis d'un message de chacune de ces dames : "Je m'appelle Khdidja Fadhli. Je veux pouvoir voyager, avoir un bon métier ; être docteur ou autre. C'est tout. Je veux visiter tous les pays du monde."
Ce faisant, Rafik Zaïdi s'est fait ainsi le porte-voix de ces femmes anonymes qui ne demandent qu'à vivre tout simplement. En ce sens, le choix de la femme s'explique par le fait qu'elle est donneuse de vie, a déclaré Rafik Zaïdi, ce photographe issu de l'Ecole des beaux-arts d'Alger. Donc, autant y aller pour avoir la "baraka" d'Ahmed Mebarki et d'évaluer la vie de femmes sahraouies à l'aide d'une vidéo reportage intitulé Papillon.

Louhal Nourreddine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.