Les angles de l'ingérence    Saïd Bouhadja n'est plus    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Oran: Neuf harraga et trois passeurs arrêtés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    Le gouvernement entretient le suspense    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Déjà en phase de modernisation    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'équilibre budgétaire remis en cause
Pays exportateurs de pétrole
Publié dans Liberté le 08 - 10 - 2020

Ce n'est pas encore la grande panne, mais le moteur peine à amorcer la côte et fait preuve d'importantes difficultés au redémarrage. De nombreux pays exportateurs de pétrole s'enfoncent dans la déprime budgétaire, pénalisés par la faiblesse persistante des cours du brut. Depuis la rechute des prix du pétrole au début de l'année, la résilience de nombreuses économies dépendantes des hydrocarbures ne fait que faiblir et l'équilibre budgétaire est désormais rompu.
Avec un baril évoluant en moyenne à 42 dollars le baril cette année, nombreux sont les pays qui n'ont pas pu équilibrer leur budget. La résurgence de l'épidémie fait avaler des poires d'angoisse aux pays exportateurs de pétrole dont l'équilibre budgétaire est tributaire d'une bonne rentabilité du baril de pétrole. Or, les prix devraient évoluer autour de 50 dollars l'an prochain, très loin du niveau permettant d'équilibrer le budget des pays exportateurs de pétrole de la région. Dans ses dernières prévisions, le Fonds monétaire international s'attend à ce que la situation budgétaire de l'ensemble des pays exportateurs de pétrole de la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du Nord) reste tendue et l'équilibre budgétaire rompu, faute d'une bonne rentabilité du baril de Brent.
L'Arabie saoudite, plus grand exportateur de pétrole de l'Opep, a besoin d'un baril de pétrole à 66 dollars pour pouvoir équilibrer son budget au titre du prochain exercice, alors que celui de l'année en cours était tributaire d'un baril à 76 dollars. Preuve de la prudence que nourrit désormais le royaume wahhabite face à l'incertitude qui pointe à l'horizon du marché pétrolier, son ministère des Finances a présenté une pré-note budgétaire bâtie sur un prix prévisionnel de 50 dollars le baril en 2021.
La révision à la baisse du prix du marché au titre des arbitrages budgétaires pour le prochain exercice témoigne de la complexité de la situation que connaissent les exportateurs de brut, pris en tenailles entre les impératifs de consommation et de dépense et les notions de prudence budgétaire en ces temps de faibles prix du pétrole. Pour l'Algérie, les projections du Fonds monétaire international montrent que l'équilibre budgétaire tient à un prix du pétrole au-dessus de 157,2 dollars, alors que les comptes extérieurs ne peuvent s'équilibrer qu'avec un prix du Brent au-dessus de 112,2 dollars le baril. Le fait que le Conseil des ministres fasse le choix de ne pas rendre public le cadrage macroéconomique de la loi de finances 2021, dont l'avant-projet a été examiné dimanche, est implicitement lié à la complication de l'équation budgétaire sous l'effet de l'effondrement des cours du brut et de la hausse des besoins de financement, alors que les disponibilités financières s'amenuisaient dangereusement.
L'Arabie saoudite et l'Algérie ne sont pas les seules à dépendre de la bonne rentabilité du Brent pour leur équilibre budgétaire. En Iran, l'équilibre du budget est conditionné par un baril à 389 dollars en 2020 et à 320 dollars en 2021, à en croire les projections du FMI, tandis que le budget irakien est tributaire d'un baril à 60 dollars en 2020 et 54 dollars en 2021) pour son équilibre, le Koweït (61 dollars en 2020 et 60 dollars en 2021), les Emirats arabes unis (69 dollars le baril cette année et 61 dollars l'an prochain).
Ces projections ne surprennent personne lorsque l'on sait que le budget des pays exportateurs de pétrole est connu pour sa forte connotation dépensière.
La paix sociale et les équilibres politiques en dépendent. Quand bien même le prix du brut évoluerait en 2021 au-dessus de la moyenne de l'année en cours, les déficits courant et budgétaire demeureront très élevés et exerceront une forte pression sur les disponibilités financières restantes. Les mesures de restrictions budgétaires pourraient, néanmoins, aggraver les incertitudes et l'impact désastreux de la Covid-19 sur l'économie.
Ali T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.