Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    La loi sur l'investissement dynamisera davantage la diversification économique    "Tels des esprits affables qui murmurent", Smaïl Yabrir signe son premier recueil de nouvelles    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Real : Eden Hazard ne lâche pas l'affaire    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Nouveau code de l'investissement: Les délais de traitement des dossiers considérablement réduits    Voirie, réfection des trottoirs, éclairage public...: Opération d'aménagement sur l'axe de Ras El-Aïn    Es-Senia: Aménagement et embellissement extérieur à la zone d'activité    Pour accompagner les hôtes d'Oran aux Iles Habibas: Une soixantaine de jeunes en formation de guides touristiques    Une coopération heureuse et profitable    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Nora, Saliha et les harkis    Tirage au sort jeudi en ligne    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    La méthode Ankara    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    La gauche tente de nouveaux visages    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    31 décès et 1.511 blessés en une semaine    Les raisons de l'union patronale    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De lourdes peines requises contre les accusés
Le procès de "Mme Maya" s'est poursuivi jeudi
Publié dans Liberté le 10 - 10 - 2020

Le secrétaire particulier d'Abdelaziz Bouteflika, Mohamed Rougab, qui comparaissait en tant que témoin, reconnaît avoir introduit en 2004, "Mme Maya" sur instruction de l'ex-chef de l'Etat.
Le procureur de la République du tribunal de Chéraga a requis jeudi, au deuxième jour du procès dit de "Mme Maya", des peines entre 10 et 15 ans de prison contre les principaux accusés dans l'affaire. Ainsi, 15 ans de prison ferme assortie d'une amende de 6 millions de dinars ont été requis contre Nachinache Zoulikha Chafika, surnommée Mme Maya.
Le représentant du ministère public a réclamé la même peine couplée à une amende d'un million de dinars à l'encontre de Mohamed Ghazi et d'Abdelghani Zaâlane qui comparaissaient respectivement en qualité d'anciens walis de Chlef et d'Oran. 12 ans de prison et un million de dinars d'amende ont été également requis contre l'ancien directeur général de la Sûreté nationale Abdeghani Hamel.
Les deux filles de "Mme Maya", Imane et Farah, non détenues, risquent, quant à elles, 10 ans de prison avec mandat de dépôt à l'énoncé du verdict. Alors que des peines oscillant entre 5 et 10 ans de prison ont été réclamées par le parquet contre les cinq autres accusés dont Chafik, fils de Mohamed Ghazi, et l'ancien député Omar Yahiaoui.
Auparavant, l'audience a été consacrée à l'audition des prévenus et des témoins. Soutenu par des agents de l'établissement pénitentiaire d'El-Harrach, Mohamed Ghazi se rapproche de la barre en titubant. Il est soudain pris d'un malaise et évacué de la salle.
Après une suspension de la séance, durant laquelle il a été examiné par un médecin, il se présente à nouveau devant le juge, malgré la protestation de sa défense qui réclamait plutôt une évaluation psychiatrique. Assis sur une chaise, Mohamed Ghazi se montre très coopératif.
Il reconnaît avoir reçu Mme Maya qui a, selon ses dires, "créé grâce à ses projets beaucoup de postes d'emploi". Et de poursuivre : "Elle m'a été présentée en tant que membre de la famille du président et c'est sur cette base qu'elle a bénéficié d'un lot de terrain sur lequel elle comptait réaliser un parc d'attractions quand j'étais wali de Chlef."
Mohamed Rougab, secrétaire particulier d'Abdelaziz Bouteflika, qui comparaissait en tant que temoin, reconnaît avoir introduit, en 2004, Mme Maya auprès de Mohamed Ghazi sur instruction de l'ex-chef de l'Etat.
"Bouteflika m'a demandé de lui prendre rendez-vous avec le wali de Chlef. Je l'ai reçue à la Présidence une seule fois. Je la connaissais sous son vrai nom Nachinache Zoulikha Chafika. Son surnom ‘Mme Maya', je l'ai appris plus tard par voie de presse."
À son tour, Abdelghani Hamel passe aux aveux : "Mohamed Ghazi m'a teléphoné pour me dire que la fille du président voulait me rencontrer. Je l'ai vue une première fois au domicile de Ghazi, on a mangé ensemble et une deuxième fois lorsque sa maison a été cambriolée. Elle m'a demandé de lui placer des caméras de surveillance. La facture, c'est elle qui l'a payée.
Je n'ai jamais mobilisé une équipe pour assurer sa protection, ni pour dresser ses chiens." Version contredite par des cadres de la police qui ont certifié au président de l'audience que "les caméras de surveillance ont bien été installées par des élements de la direction des moyens techniques de la DGSN". Abdelghani Zaâlane a soutenu, quant à lui, que "la première fois qu'il a vu Mme Maya, c'était au tribunal".
Il raconte : "J'étais déjà en poste depuis quatre ans en tant que wali d'Oran, lorsque Mohamed Ghazi m'a appellé. Il m'a dit que le président de la République et son frère allaient m'envoyer des membres de leur famille pour m'occuper d'eux sans me préciser ce que je devais faire exactement. Après quelques jours, j'ai reçu un nommé Abdelghani Belaïd et Benaïcha.
Ils voulaient obtenir des contrats d'exploitation de chambres froides dans la zone industrielle. J'ai tout de suite noté une certaine audace de la part de Belaïd." Ce qui l'a poussé à contacter directement l'ancien conseiller de la Présidence. Saïd Bouteflika dément avoir donné des instructions pour la prise en charge de ces dossiers.
"Saïd Bouteflika m'a dit que c'est Mme Maya qui les avait recommandés à Ghazi. Elle ne fait pas partie de ma famille", rapporte Abdelghani Zaâlane, qui affirme qu'une fois le combiné posé, il s'est dépêché d'annuler la décision d'octroi des projets qu'il avait signée le 5 janvier 2017. "Je me suis senti berné", confie au juge l'ex-wali d'Oran et ancien ministre des Travaux publics et des Transports.

Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.