Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Onze hirakistes relaxés à Mostaganem
Jugés pour attroupement non armé
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2020

Le tribunal correctionnel de Mostaganem a prononcé, hier, la relaxe des 11 hirakistes jugés le 4 octobre dernier pour attroupement non armé. La représentante du parquet avait requis une année de prison ferme contre les accusés dont les avocats de la défense ont plaidé la relaxe en dénonçant la politisation du dossier.
Les faits remontent au vendredi 21 août lorsque les hirakistes avaient tenté d'organiser une marche dans les rues de Mostaganem avant d'être immédiatement interpellés par les services de l'ordre. Les prévenus, dont trois femmes, ont nié l'accusation d'attroupement et souligné avoir respecté le protocole sanitaire de prévention contre le coronavirus.
"Nous portions des bavettes et marchions à distance les uns des autres en appelant à un Etat civil", a notamment témoigné l'une des trois femmes qui dénoncera les conditions du placement en garde à vue dans les locaux de la police.
Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont déploré la politisation de ce genre de dossier et regretté la violation des droits garantis par les lois algériennes (liberté d'expression, d'opinion et de manifestation pacifiquement).
"On veut interdire le Hirak à des hommes et à des femmes qui marchent depuis le 22 Février 2019 parce qu'ils continuent de scander ‘Dawla madania machi askaria'", s'est insurgé l'un des avocats en affirmant que les accusations ne sont basées sur aucune preuve tangible.
La défense s'est également élevée contre le non-respect des procédures d'interpellation par les services de police de Mostaganem qui, a-t-elle affirmé, ont transgressé l'article 97 du code pénal — qui exige, notamment, la sommation — et recouru à une violence gratuite contre les des marcheurs inoffensifs.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.