Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia
CONDAMNéS à 10 ANS DE PRISON FERME DANS LE PROCèS EN APPEL
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2020

Le verdict dans le procès en appel de l'homme d'affaires et président-directeur général du groupe Sovac, Mourad Oulmi — reporté à deux reprises par la cour d'Alger à la suite de l'absence de plusieurs accusés — est tombé hier. En effet, la Cour d'Alger a gardé la même peine du jugement en première instance à l'encontre de Mourad Oulmi qui écope de 10 ans de prison ferme.
Le patron de Sovac était jugé en deuxième instance pour "blanchiment d'argent" et "incitation d'agents publics à exploiter leur influence" dans le dossier du montage automobile et l'importation des kits CKD/SKD pour le compte de son usine Sovac Production de Relizane.
L'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia a également été condamné à 10 années de prison ferme, alors que l'ancien ministre de l'Industrie Youcef Yousfi a été condamné à deux ans de prison, dont un avec sursis.
Par ailleurs, le frère cadet du principal accusé, Khider Oulmi, a écopé de 5 ans de prison, et l'ancien P-DG du Crédit populaire d'Algérie (CPA) Omar Boudiab a été condamné à deux années de prison ferme, dont une avec sursis.
Il faut rappeler que le procureur général près la Cour d'Alger avait requis des peines de 15 et 12 ans de prison ferme contre Mourad Oulmi et son frère Khider, alors que des peines de 15 ans de prison ferme à l'encontre d'Ahmed Ouyahia et de 10 ans de prison ferme contre Youcef Yousfi, assortie d'une amende de 2 millions de dinars chacun, avaient également été requises par la même juridiction.
Dans son réquisitoire, le procureur avait aussi requis une peine de 3 ans de prison ferme avec une amende d'un million de dinars contre Omar Boudiab et des cadres de la banque et de l'industrie impliqués dans l'affaire.
Du reste, il a été demandé la saisie des biens et le gel des activités des entreprises impliquées dans l'affaire et représentées dans le procès par des personnes morales avec une amende de 32 millions de dinars chacune.
Le 17 octobre dernier, au moment où la Cour avait ordonné la poursuite des délibérations, les avocats de Mourad Oulmi avaient plaidé l'innocence de leur client, affirmant que "son dossier était fondé sur des faits erronés et dépourvus de preuves" et qu'"il avait une bonne situation à l'étranger et était venu en Algérie en tant qu'investisseur et non en tant que trabendiste".
Pour rappel, au lendemain de l'arrestation de Mourad Oulmi, le 13 juin dernier, et sa mise en détention provisoire, une semaine plus tard, le groupe Sovac sera placé sous l'égide d'un administrateur judiciaire.
Quelques jours plus tard, le groupe allemand Volkswagen annonce la possibilité de résiliation du contrat avec Sovac, allant jusqu'à fixer le délai au 31 mars 2021 comme date butoir en attendant de trouver un partenaire fiable en Algérie.
Six mois plus tard, soit le 8 octobre dernier, le ministre de l'Industrie, Ferhat Aït Ali Braham, reçoit le représentant du groupe Volkswagen pour l'Afrique du Nord et néanmoins vice-président de la compagnie espagnole Seat, Alfonso Sancha Garcia, pour évoquer la possibilité de concrétiser un projet industriel en Algérie.
À l'issue de cette rencontre, le ministre de l'Industrie révèle à la presse que "les discussions avec la partie étrangère avaient débuté il y a six mois". Du côté du groupe Sovac, l'administrateur judiciaire annonce un plan de départs pour 500 travailleurs, alors que l'usine Sovac Production a mis la clé sous le paillasson. En attendant l'annonce d'un second plan de départ, les travailleurs tentent de s'organiser pour ne pas perdre leurs droits fondamentaux.

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.