Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une rentrée presque normale à Alger
Double vacation, obligation dU port du masque et distanciation physique
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2020

Enseignants et personnels administratifs veillent au respect des mesures barrières entre les élèves. À l'entrée, un agent de sécurité s'attelle à prendre la température de chaque élève.
Les élèves du cycle primaire ont repris hier le chemin de l'école dans des conditions particulières d'application du protocole sanitaire, notamment de double vacation, de la limitation du nombre d'élèves à 20 par classe et de l'obligation de port du masque et de respecter la distanciation physique.
Une virée dans certaines écoles des hauteurs de la capitale, notamment à Ouled Fayet, Chéraga, Beni Messous et Oued Romane, nous a permis de nous rendre compte de cette nouvelle réalité de l'école algérienne. Au premier jour de la rentrée, à l'école primaire Ali-Chekiri, sise à Ouled Fayet, qui a ouvert ses portes dès 7h du matin, tout est fin prêt pour accueillir les élèves.
Hormis l'affichage des groupes à même la porte d'entrée principale, la cour porte des marques pour une distanciation d'un mètre entre les élèves et des flacons des gel sont visiblement entreposés sur une table à l'entrée des classes.
Enseignants et personnels administratifs veillent au respect des mesures barrières entre les élèves, à l'entrée, où l'agent de sécurité outillé pour l'occasion s'attelle à prendre la température de chaque élève, en faisant même un passage dans les classes pour s'assurer de la disponibilité des gels hydroalcooliques dans les caissons qu'il a remplis la veille.
Il est 11h15 quand la cloche retentit pour la sortie de l'établissement des 300 élèves qui ont rejoint les bancs d'école en ce premier jour de la rentrée. Tout se déroule sous l'œil bienveillant du directeur de l'établissement et des surveillants qui ont organisé les écoliers en file indienne, en les accompagnant jusqu'à la sortie.
Seul bémol, les parents qui se sont déplacés pour l'accueil de leurs enfants formaient un bouchon devant l'entrée, semblant ignorer les mesures de distanciation, de quoi susciter l'intervention du personnel. Soit autant d'éléments qui ont concouru pour que la rentrée scolaire se déroule dans conditions "quasi normales", comme affirmé par son directeur Mokhtar Brahimi.
Cela a été rendu possible aussi grâce aux enseignants et au personnel administratif qui avaient été mobilisés pour cette rentrée, mais aussi grâce à l'appui des services de la commune qui ont mis à sa disposition et "en nombre plus que suffisant" des moyens de protection nécessaire : bavettes, gel hydroalcoolique, et détergents, etc. Les parents d'élèves rencontrés sur place se sentent rassurés par ce dispositif.
"Franchement, j'ai hésité avant d'envoyer ma fille, car j'appréhendais beaucoup le fait que les consignes de sécurité ne soient prises à la légère lors de cette rentrée, mais lorsque j'ai vu que ce n'était pas le cas, j'ai été rassurée", nous dira Naïma, 35 ans. Voilà une affirmation qui est à même de rasséréner l'esprit de nombre de parents qui préfèrent tempérer pour voir comment évoluera la situation.
Combien sont-ils en fait ? Ce tableau idyllique est commun à l'ensemble des autres écoles qu'on a pu visiter, que cela soit à l'école Kaddour-Châallal de Chéraga, ou à celle du 1er-novembre de Beni Messous. Le même dispositif est mis en place. À commencer par l'affichage des noms des élèves des sous-groupes, qui doivent se relayer à tour de rôle à raison d'un jour sur deux.
Constaté à l'entrée, certains élèves dont les noms ne figuraient pas sur les listes ont dû retourner à la maison. Mais la question qui se pose est : en dehors de la rentrée, les écoles ont-elles les moyens de maintenir ce même dispositif durant l'année ?

A. RAFA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.