Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Djelloul Djoudi condamné à 3 mois de prison avec sursis
Procès pour diffamation intentée par Nadia Labidi
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2020

L'ancien député du Parti des travailleurs Djelloul Djoudi a été condamné, hier, par le tribunal de première instance d'El-Harrach, à une peine d'emprisonnement de trois mois avec sursis, assortie d'une amende de 50 000 DA (le représentant du ministère public avait requis le jour du procès le 9 octobre dernier le double de la peine infligée).
Le président de la section correctionnelle a ainsi confirmé le délit de diffamation à l'encontre de Nadia Labidi. L'ancienne ministre de la Culture avait déposé plainte, en mai 2019, contre le cadre du PT, à la suite de ses déclarations dans un quotidien national, dans lesquelles il avait commenté des poursuites judiciaires contre la secrétaire générale du parti, Louisa Hanoune, pour des faits remontant à 2015.
Le secrétariat permanent du bureau politique du Parti des travailleurs a réagi à la sentence qu'il a qualifiée "d'étrange et d'incompréhensible", dès lors que "les avocats du PT ont démontré, preuves à l'appui, que Djelloul Djoudi n'a fait qu'exercer, dans le cadre de son mandat de député à l'APN, le contrôle parlementaire sur l'action du gouvernement, notamment sur les questions de conflit d'intérêt, et que dans ce cadre, il jouissait de l'immunité parlementaire".
Il a assimilé la condamnation de Djelloul Djoudi à un acte "qui criminalise le contrôle parlementaire effectif sur la gestion des affaires publiques". Il a annoncé que le collectif de défense fera appel à la décision rendue en première instance, dans les délais réglementaires.
La genèse de l'affaire remonte à la séance plénière d'avril 2015 consacrée à l'examen du projet de loi portant régulation du marché du livre.
Le groupe parlementaire du Parti des travailleurs, très virulent lors des débats, a accusé Mme Labidi, en charge du département de la Culture à l'époque, d'avoir abusé des prérogatives et de l'influence que lui confère son statut de membre du gouvernement pour accorder de larges privilèges à l'entreprise familiale et à des proches.
La ministre a aussitôt déposé plainte pour diffamation contre Louisa Hanoune. Protégée par son immunité parlementaire, la SG du PT n'a pas été inquiétée par la justice, jusqu'au mois de mai 2019, lorsque Nadia Labidi a réactivé sa plainte.
Elle a saisi l'opportunité du renoncement volontaire de son antagoniste à son mandat à l'APN pour le faire. Le 26 juillet 2020, Mme Hanoune avait été auditionnée par le juge instructeur près le tribunal de Sidi M'hamed dans le cadre de cette affaire. Elle est dans l'attente de son procès.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.