Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fille des Aurès
89e partie
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Résumé : Hakima évoque l'orphelinat et sa petite enfance. Elle avoue à sa mère qu'elle avait connu une femme formidable qui s'était occupée de son éducation. C'était grâce à elle qu'elle avait pu suivre une bonne scolarité. Mais le malheur s'est acharné sur elle encore une fois, car cette femme au cœur aussi grand que l'univers n'était plus de ce monde.
À la fin de son récit, un silence de mort régnait dans la pièce. Elle relève les yeux et constate que son père, son frère Kamel, ainsi que Faouzi s'étaient joints à elles. Elle s'en était même pas rendu compte.
Son père se lève et vient vers elle.
- Tout cela est du passé, Hakima. Nous allons tenter de te faire oublier ce mauvais passage, quoique nous ne puissions effacer ni ces années ni tous ces évènements qui t'ont profondément marquée.
Elle relève ses yeux et constate que dans les siens brillaient non seulement des larmes mais aussi un profond sentiment de détresse.
Kamel s'approche.
- Je ne veux pas te bousculer, Hakima. Mais j'ai pris rendez-vous dans une clinique privée pour les prélèvements. Je veux parler du test ADN. Es-tu prête ?
Hakima se lève.
- Oui, bien sûr que je suis prête.
Faouzi s'approche d'elle et lui entoure les épaules.
- Si tu appréhendes...
Elle lève la main et proteste.
- Je n'appréhende rien, Faouzi. Je veux juste être certaine que ces braves gens sont bien ma famille. Je ne veux aucun doute là-dessus.
Ils descendirent tous ensemble et s'engouffrèrent dans le véhicule de Kamel. Le silence régnait. Fort heureusement, l'établissement en question ne se trouvait pas loin. Dès leur arrivée, un homme en blouse blanche s'approcha d'eux. Il salua Si Mustapha et les hommes, puis s'approcha des femmes. Il sourit en regardant Hakima.
- Si je peux me permettre, je pense que vous êtes bien la fille de Si Mustapha et la sœur de Kamel.
Il donne une tape dans le dos de ce dernier.
- Vous avez les mêmes traits de famille. Il y a une telle ressemblance entre vous que pour moi le test ADN est superflu.
- C'est le docteur Lotfi, lance Kamel à l'intention de Faouzi et de Hakima.
Il se retourne vers le médecin en souriant.
- Je suis content de voir que vous constatez vous aussi ces traits de ressemblance, mais Hakima ne veut rien savoir. Elle préfère un test ADN pour s'assurer une fois pour toutes que nous sommes bien sa famille.
- Les désirs de notre demoiselle sont des ordres, dit le médecin avec un sourire.
Il les précède à l'intérieur d'un laboratoire ultrasophistiqué et donne des instructions à une infirmière.
Cette dernière s'approche de Hakima et lui sourit avec douceur.
- Si vous permettez, je vais procéder à un prélèvement salivaire, avant de vous couper un bout d'ongle et de prendre une mèche de vos cheveux. Le prélèvement salivaire à lui seul est en principe suffisant, mais pour faire mieux, nous allons procéder à des analyses approfondies.
Hakima acquiesce. Si Mustapha et sa femme se prêtèrent à la même opération.
Kamel et Faouzi attendaient dans le couloir. Le jeune homme paraissait anxieux.
- Quelque chose ne va pas, Faouzi ?
- Tout va bien, Kamel. Mais ça ira mieux une fois les résultats du test ADN connus.
Kamel lui serre le bras.
- Tout ira bien. Tu as peur pour ta proposition ?
Faouzi hoche la tête.
- Tu ne connais pas encore Hakima. Elle est têtue comme une mule. Rien ne la fait reculer. Elle persistera dans son refus, tant qu'elle n'a pas la preuve formelle que vous êtes sa famille.
Kamel sourit.
- Tu as peur de la perdre, n'est-ce pas ?
- J'avoue que oui. Cette femme m'influence à un point incroyable. Je n'ai jamais encore rencontré un tel entêtement.
- C'est dans les gènes, mon vieux !, lance Kamel avec amusement.
- Eh bien, c'est justement la clé du problème. Je compte sur ces gènes pour faire approuver ma proposition.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.