Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les pertes estimées à environ 3 millions de dollars par jour
Mise à l'arrêt du complexe El-Merk
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Des équipes spécialisées de maintenance ont procédé hier à l'évaluation des dégâts subis par le site El-Merk où un incendie s'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi. Elles détermineront la source et l'origine de l'incident. Commenceront ensuite les travaux de remise en état des parties endommagées.
Combien de temps cela prendra-t-il ? "En fait, personne ne le sait, parce qu'on ne connaît pas encore l'ampleur des dégâts", soulignent des experts. De leur point de vue, "il se pourrait que l'incendie soit lié à une défaillance technique ou à une erreur humaine". Ils ajoutent que "si les dégâts sont importants et si de grosses pièces ont été endommagées, les opérations de réparation prendront beaucoup de temps, a fortiori en ces de temps de crise sanitaire où il est difficile d'importer rapidement des pièces de rechange de l'étranger".
Rabah Reghis, expert pétrolier, estime, lui, que "pour les spécialistes de Petrofac, la société qui avait été chargée de construire, en EPC, les installations de surface de ce champ, il faut au minimum deux mois pour déterminer la faille interne ou externe, à l'origine de l'incident, un autre mois pour proposer une solution et six mois pour l'exécution des travaux".
Et tout cela risque de perturber sérieusement la production des hydrocarbures. Pour Rabah Reghis, "El-Merk sert normalement de centre de production pour la région, traitant par jour une estimation de 98 000 barils, 29 000 barils de condensat, 31 000 barils de gaz de pétrole liquéfié (GPL)".
"Il faut ajouter à cela un train de gaz liquide naturel (LGN) d'une capacité nominale de 600 millions de pieds cubes standard par jour (environ 17,143 millions de m3", ajoute-t-il. Le Central Processing Facility (CPF) dispose également d'une capacité de traitement de 500 millions de pieds cubes standard de résidus (14,268 millions de m3). Notre interlocuteur relève également que "même si le premier train reprendra la production, les pertes pourraient atteindre près de 70 000 barils par jour, soit un manque à gagner de 3 millions de dollars par jour au prix actuel du baril".
Le ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar, s'est rendu, vendredi dernier, sur les lieux pour s'enquérir de la situation des installations. Et c'est à l'issue de cette visite que la décision a été prise d'arrêter temporairement la production, le ministre ne souhaitant pas une mesure précipitée de reprise de la production. Mais pour des spécialistes, cela aura des répercussions sur le niveau de production déjà en baisse. Mohamed Arkab, le prédécesseur d'Abdelmadjid Attar, avait indiqué, lors d'une réunion du Conseil des ministres tenue en avril dernier, qu'en vertu de l'accord du 12 avril de l'Opep+ relatif à la baisse de la production en trois étapes jusqu'à avril 2022, la part des exportations de l'Algérie baissera, pour une première étape, de 241 000 barils/jour, puis de 816 000/barils/ jour à compter du 1er mai. Cette part augmentera à partir du premier juillet jusqu'à 864 000 barils/jours avant d'atteindre le seuil de 912 000 barils/jours entre janvier 2021 et avril 2022.

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.