Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une présidentielle à haut risque en Côte d'Ivoire
L'ancien président Laurent Gbagbo dit craindre une "catastrophe"
Publié dans Liberté le 31 - 10 - 2020

L'ancien chef d'Etat Laurent Gbagbo, qui ne s'était pas exprimé publiquement depuis son arrestation en 2011, est sorti de sa réserve jeudi, à l'avant-veille de la présidentielle en Côte d'Ivoire, pour appeler au dialogue, alors que beaucoup d'Ivoiriens redoutent de nouvelles violences autour du scrutin. Le convoi du secrétaire général de la présidence ivoirienne, Patrick Achi, un des directeurs de campagne d'Alassane Ouattara, a été mitraillé jeudi soir près d'Agbaou (150 km au nord d'Abidjan), sans qu'il y ait de blessés. Le président Alassane Ouattara brigue un troisième mandat controversé face à une opposition qui a appelé à la "désobéissance civile". Depuis trois mois, violences et affrontements intercommunautaires ont fait une trentaine de morts. "Ce qui nous attend, c'est la catastrophe. C'est pour cela que je parle. Pour qu'on sache que je ne suis pas d'accord pour aller pieds et poings liés à la catastrophe.
Il faut discuter", a déclaré M. Gbagbo sur TV5 Monde, depuis la Belgique où il attend un éventuel procès en appel devant la Cour pénale internationale (CPI), après son acquittement en première instance de crimes contre l'humanité. "Discutez ! Négociez ! Parlez ensemble ! Il est toujours temps de le faire (...). Je suis résolument du côté de l'opposition. Je dis, vu mon expérience, qu'il faut négocier", a insisté l'ancien président. La colère, "je la comprends et je la partage". "Pourquoi veut-on faire un troisième mandat ? Il faut qu'on respecte ce qu'on écrit, ce qu'on dit (...) Si on écrit une chose et qu'on fait une autre, on assiste à ce qui arrive aujourd'hui", a estimé M. Gbagbo, 75 ans, à propos de son ancien adversaire, Alassane Ouattara. La Constitution ivoirienne n'autorise que deux mandats présidentiels, mais, selon Alassane Ouattara, l'adoption d'une nouvelle Constitution en 2016 a remis le compteur à zéro, ce que conteste farouchement l'opposition.
De nombreux Ivoiriens craignent une nouvelle crise majeure, dix ans après la crise post-électorale issue de la présidentielle de 2010 qui avait fait 3 000 morts dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, de 25 millions d'habitants et qui compte une soixantaine d'ethnies.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.