Les bienfaits des pistaches    Saint Etienne : Les regrets de Boudebouz face à Lille    Serie A : Large victoire de Naples face à la Roma    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Aribi termine meilleur buteur    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alassane Ouattara candidat pour un troisième mandat
PRESIDENTIELLE EN CÔTE D'IVOIRE
Publié dans El Watan le 23 - 08 - 2020

Le président ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement investi, hier à Abidjan, candidat de son parti à la présidentielle d'octobre.
Il briguera ainsi un troisième mandat, jugé inconstitutionnel par ses opposants. «Je vous investis ce 22 août comme candidat du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix, ndlr) à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020», a déclaré la première vice-présidente du parti au pouvoir, Henriette Diabaté, citée par des médias, s'adressant à A. Ouattara, devant des milliers de partisans rassemblés au stade Houphouët-Boigny.
Elu en 2010 puis réélu en 2015, le chef de l'Etat a initialement annoncé en mars son intention de ne pas se représenter et de passer le relais à son Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Mais celui-ci est décédé le 8 juillet d'un infarctus, contraignant A. Ouattara à revoir ses plans et à annoncer qu'il briguerait un troisième mandat. L'annonce le 6 août de sa candidature a provoqué des manifestations qui ont dégénéré en violences pendant trois jours, faisant six morts, une centaine de blessés et 1500 déplacés. En outre, 69 personnes ont été interpellées, selon un bilan officiel.
Comme la précédente, la Constitution, révisée en 2016, limite à deux les mandats présidentiels. Les partisans de Ouattara affirment que cette révision a remis le compteur des mandats à zéro, mais ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature. «Constitutionnellement, le président Alassane Ouattara ne peut pas avoir un troisième mandat. Il ne peut pas être candidat et il le sait», a indiqué le n°2 du principal mouvement de l'opposition, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Maurice Kakou Guikahué. «C'est une candidature dangereuse qui arrive dans un contexte volatil», a observé de son côté l'opposant et candidat à la présidentielle Pascal Affi N'Guessan, ancien Premier ministre du président Gbagbo, chassé du pouvoir en 2011 à l'issue de plusieurs mois de crise post-électorale.
Le syndrome de 2010
A la tête d'une faction du Front populaire ivoirien (FPI) fondé par L. Gbagbo, Affi N'Guessan a appelé A. Ouattara à «renoncer à ce troisième mandat afin de sortir dignement de l'arène politique», disant craindre dans le cas contraire «que l'avenir ne soit sombre, aussi bien pour lui que pour la Côte d'Ivoire». La crainte de violences, à l'approche du scrutin du 31 octobre, est forte, dix ans après la crise née de la présidentielle de 2010, qui a fait 3000 morts et vu Alassane Ouattara accéder au pouvoir.
Le rejet par la Commission électorale des recours de l'ex-président Laurent Gbagbo et de l'ancien chef rebelle Guillaume Soro contre leur radiation des listes électorales pourrait accroître encore les tensions générées par la 3e candidature de Ouattara. Guillaume Soro, se dit candidat même s'il vit en exil après sa condamnation par la justice ivoirienne à 20 ans de prison pour «recel de détournement de deniers publics» et son entourage a annoncé sa volonté de faire appel devant les tribunaux. L'ex-chef rebelle, qui a aidé Ouattara à accéder au pouvoir, est aussi accusé de «tentative d'insurrection» dans le cadre d'une procédure toujours en cours en Côte d'Ivoire.
Quant à Laurent Gbagbo, acquitté en première instance par la Cour pénale internationale (CPI), il est à Bruxelles et dit vouloir revenir au pays, ses partisans espèrent qu'il se présentera à la présidentielle.
Le président Ouattara devrait s'appuyer sur son bilan économique et les «bons» chiffres de croissance. Il a promis plus de retombées de cette embellie pour les classes les plus démunies d'ici la fin de l'année. Toutefois, ses opposants évoquent un climat politique toujours très tendu, une croissance peu partagée et une corruption très présente. Son ancien allié, l'ex-chef d'Etat Henri Konan Bédié (1993-1999), candidat du PDCI, sera son principal adversaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.