Liberté pour Rabah Karèche    Les cours du blé stables sur Euronext    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Marathon Man    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alassane Ouattara candidat pour un troisième mandat
PRESIDENTIELLE EN CÔTE D'IVOIRE
Publié dans El Watan le 23 - 08 - 2020

Le président ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement investi, hier à Abidjan, candidat de son parti à la présidentielle d'octobre.
Il briguera ainsi un troisième mandat, jugé inconstitutionnel par ses opposants. «Je vous investis ce 22 août comme candidat du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix, ndlr) à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020», a déclaré la première vice-présidente du parti au pouvoir, Henriette Diabaté, citée par des médias, s'adressant à A. Ouattara, devant des milliers de partisans rassemblés au stade Houphouët-Boigny.
Elu en 2010 puis réélu en 2015, le chef de l'Etat a initialement annoncé en mars son intention de ne pas se représenter et de passer le relais à son Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Mais celui-ci est décédé le 8 juillet d'un infarctus, contraignant A. Ouattara à revoir ses plans et à annoncer qu'il briguerait un troisième mandat. L'annonce le 6 août de sa candidature a provoqué des manifestations qui ont dégénéré en violences pendant trois jours, faisant six morts, une centaine de blessés et 1500 déplacés. En outre, 69 personnes ont été interpellées, selon un bilan officiel.
Comme la précédente, la Constitution, révisée en 2016, limite à deux les mandats présidentiels. Les partisans de Ouattara affirment que cette révision a remis le compteur des mandats à zéro, mais ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature. «Constitutionnellement, le président Alassane Ouattara ne peut pas avoir un troisième mandat. Il ne peut pas être candidat et il le sait», a indiqué le n°2 du principal mouvement de l'opposition, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Maurice Kakou Guikahué. «C'est une candidature dangereuse qui arrive dans un contexte volatil», a observé de son côté l'opposant et candidat à la présidentielle Pascal Affi N'Guessan, ancien Premier ministre du président Gbagbo, chassé du pouvoir en 2011 à l'issue de plusieurs mois de crise post-électorale.
Le syndrome de 2010
A la tête d'une faction du Front populaire ivoirien (FPI) fondé par L. Gbagbo, Affi N'Guessan a appelé A. Ouattara à «renoncer à ce troisième mandat afin de sortir dignement de l'arène politique», disant craindre dans le cas contraire «que l'avenir ne soit sombre, aussi bien pour lui que pour la Côte d'Ivoire». La crainte de violences, à l'approche du scrutin du 31 octobre, est forte, dix ans après la crise née de la présidentielle de 2010, qui a fait 3000 morts et vu Alassane Ouattara accéder au pouvoir.
Le rejet par la Commission électorale des recours de l'ex-président Laurent Gbagbo et de l'ancien chef rebelle Guillaume Soro contre leur radiation des listes électorales pourrait accroître encore les tensions générées par la 3e candidature de Ouattara. Guillaume Soro, se dit candidat même s'il vit en exil après sa condamnation par la justice ivoirienne à 20 ans de prison pour «recel de détournement de deniers publics» et son entourage a annoncé sa volonté de faire appel devant les tribunaux. L'ex-chef rebelle, qui a aidé Ouattara à accéder au pouvoir, est aussi accusé de «tentative d'insurrection» dans le cadre d'une procédure toujours en cours en Côte d'Ivoire.
Quant à Laurent Gbagbo, acquitté en première instance par la Cour pénale internationale (CPI), il est à Bruxelles et dit vouloir revenir au pays, ses partisans espèrent qu'il se présentera à la présidentielle.
Le président Ouattara devrait s'appuyer sur son bilan économique et les «bons» chiffres de croissance. Il a promis plus de retombées de cette embellie pour les classes les plus démunies d'ici la fin de l'année. Toutefois, ses opposants évoquent un climat politique toujours très tendu, une croissance peu partagée et une corruption très présente. Son ancien allié, l'ex-chef d'Etat Henri Konan Bédié (1993-1999), candidat du PDCI, sera son principal adversaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.