JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les banques publiques sont-elles privatisables ?
Créances et prêts improductifs en hausse
Publié dans Liberté le 15 - 11 - 2020

Le ministre des Finances a annoncé, la semaine dernière, que l'Etat envisageait l'ouverture du capital des banques publiques.
Après deux premières tentatives infructueuses, autrement inabouties, revoilà la question de la privatisation des banques publiques, présentée par le ministre des Finances comme une des solutions envisagées aux fins de diversifier les ressources financières.
La dernière tentative en date d'ouvrir le capital du Crédit populaire d'Algérie (CPA) via le marché boursier remonte à 2015, lorsque le gouvernement criait sur tous les toits d'Alger sa volonté d'introduire huit entreprises publiques à la Bourse d'Alger.
L'absence d'alternatives à la planche à billets, alors que les déficits sont déjà à des niveaux insoutenables, met le gouvernement sous pression et menace de déboucher sur une crise bancaire aiguë.
L'argent de la planche à billets avait servi, entre autres, à l'assainissement des banques et des entreprises publiques, lesquelles avaient capté 2 287 milliards de dinars des 6 556 milliards de dinars produits à fin janvier 2019, dont 545 milliards de dinars avaient aidé à sauver la BNA de la faillite.
Ce n'est que la face visible de la crise qui secoue le système bancaire algérien qui, depuis quelques années déjà, croule sous les prêts improductifs et les créances sur les grandes entreprises publiques. Depuis peu, la qualité des portefeuilles de certaines banques s'est nettement dégradée en raison des encours importants sur les entreprises appartenant aux patrons faisant l'objet de mesures judiciaires.
Les liens macrofinanciers au sein du secteur public ont fini par exacerber les risques de liquidités et les créances sur certaines grandes entreprises publiques sont devenues une source de risque pour les banques publiques. Pour certains banquiers de la place, la privatisation — totale ou partielle — de certaines banques publiques aurait pu être faite il y a de cela plusieurs années.
"En l'état actuel des choses, la privatisation des banques publiques ne peut se faire si l'Etat ne fait pas le ménage au sein même de ces banques", estime un banquier qui fait allusion aux mauvaises créances qui minent les banques publiques.
"Il est possible de mettre ces créances dans de nouvelles entités pour rendre les banques privatisables. Mais, une fois privatisées, l'on ne pourra plus utiliser ces banques par un simple coup de téléphone et/ou comme un appendice du Trésor", poursuit notre source. Pour certains dirigeants de la place bancaire, le vrai sujet se rapporte à l'absence de solutions face aux déficits qui filent vers des niveaux désormais peu soutenables.
D'autant plus que les dépôts des banques ne peuvent plus être canalisés vers le financement du Trésor car se posera le dilemme du financement des entreprise s et de la croissance de l'économie. "Cette approche n'est plus viable", car les arbitrages sont complexes et la marge de manœuvre tend à se réduire.
Même si aucune procédure n'est encore enclenchée pour permettre aux banques de l'Etat d'ouvrir leur capital, mais on peut deviner déjà que l'opération vise à renforcer les fonds de certains établissements, très fragilisés par un important niveau d'engagements à long terme dans un contexte de tension sur les liquidités.
Cela ne fait que complexifier davantage la gestion des bilans à l'heure où les banques sont appelées à redoubler d'efforts pour faire repartir la croissance.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.