Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les tirages arrêtés entre mars et juin
Planche à billets
Publié dans Liberté le 04 - 09 - 2018


Pas de tirages entre mars et juin
Les tirages de monnaie effectués par la Banque d'Algérie au profit du Trésor public étaient arrêtés à 3 585 milliards de dinars au 30 juin 2018, lit-on dans les situations mensuelles de la Banque centrale, publiées au Journal officiel n°49. La valeur des quantités de billets produites à fin mars dernier culminait également au même niveau, ce qui signifie qu'aucun tirage n'a été effectué de mars à juin 2018, alors que la liquidité bancaire a crû de près 57% en moyenne au 1er semestre 2018, corrélativement à la mise en œuvre du financement dit non conventionnel.
Ces indicateurs accréditent l'idée que la Banque d'Algérie, confrontée depuis peu à une situation complexe qui l'oblige désormais à slalomer entre la gestion des liquidités générées par la planche à billets et la gestion du taux de change du dinar, aurait tiré le frein à main aux fins de parer à d'éventuels effets pervers qu'engendrerait le financement non conventionnel.
La planche à billets fait peser le risque d'un dérapage inflationniste. Et ce, même si la banque centrale assurait sans relâche qu'elle avait mis en œuvre des opérations de "stérilisation" et de "cantonnement" des liquidités, dont l'objectif était d'éviter une accélération de l'inflation. Celle-ci a néanmoins légèrement rebondi sur un an, passant de 4,6% à 4,8% entre juin et juillet, selon les dernières données communiquées par l'Office national des statistiques. En tout cas, la valeur des tirages au moyen de la planche à billets n'a pas évolué d'un centime de mars à fin juin de l'année en cours.
Cette émission de titres au profit du Trésor public a été réalisée, faut-il le rappeler, dans le cadre de l'article 45 bis de la loi relative à la monnaie et au crédit de 2003 modifiée et complétée en octobre 2017.
Celle-ci stipule que "la Banque d'Algérie procède, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l'achat directement auprès du Trésor de titres émis par celui-ci, à l'effet de participer notamment à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds national d'investissement (FNI)". Le choix de la planche à billets comme moyen de financement alternatif devait s'accompagner d'un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir, au plus tard, à l'issue de la période susvisée, notamment au "rétablissement des équilibres de la trésorerie de l'Etat et de l'équilibre de la balance des paiements". Le train des réformes tarde, toutefois, à quitter sa gare, remettant aux calendes grecques les projets de sortie de crise et les ambitions d'un retour à l'équilibre budgétaire. Entre-temps, la planche à billets s'est mise à vrombir, mettant à la disposition du Trésor public un cash-flow de 3 585 milliards de dinars, injectés, entre autres, dans le remboursement des titres de l'emprunt national pour la croissance levé en 2016, les titres du Trésor émis en contrepartie du rachat de la dette bancaire de Sonelgaz ainsi que les titres du Trésor émis au profit de Sonatrach en compensation du différentiel sur les prix des carburants importés et de l'eau dessalée. Mais pas que, puisque la planche à billets avait permis au Trésor public de "sauver la Banque nationale d'Algérie (BNA) en rachetant en cash 545 milliards de dinars qu'il avait repris en bons du Trésor sur une période de 30 ans", avait indiqué le Premier ministre Ahmed Ouyahia. Il a fait savoir également qu'au mois de juin dernier 154 milliards de dinars ont été dégagés pour les projets AADL, alors que, pour l'année 2018, quelque 900 milliards de dinars sont dégagés pour le financement du déficit qui était de 1 800 milliards de dinars.
À cela s'ajoutent "les 500 milliards de dinars consacrés au financement de la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) afin de renflouer les caisses de la Caisse nationale des retraites (CNR)". Pour ainsi dire, l'Exécutif serait parvenu à satisfaire certains besoins pressants, ce qui aurait plaidé, en plus d'une inflation menaçante, en faveur d'un répit dans cette dynamique de création monétaire.
Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.