Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    Le Polisario bombarde la zone de Guerguerat    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Les saillies d'une réforme prévue "avant la fin de l'année"    La terre a tremblé à Batna et Tizi-Ouzou    227 nouveaux cas et 2 décès en 24h    Timides avancées et grandes désillusions    Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    L'AG élective fixée au 2 février    Madoui prend le relais    Toujours pas de conclusions    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    "Nous ne sommes pas encore au maximum"    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    La pâleur d'une façade    Vingt-cinq doses de vaccin Covid-19    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'héritage
23e partie
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2020

Résumé : Saïd et Nafissa ont retrouvé leur harmonie familiale, et on ne tarissait plus d'éloges sur eux. J'étais heureuse de le constater lors de mon passage à la ferme. Rassurée, je décidais d'aller me recueillir sur la tombe de mon grand-père.
Il faisait très beau, et une brise douce taquinait les fleurs en éclosion. L'herbe poussait verte et drue, et j'eus l'impression que toute la nature me souhaitait la bienvenue.
Je demeurais un moment en méditation devant la grande tombe en marbre de mon aïeul. Je revoyais sa tête enturbannée et ses amples gandouras blanches immaculées. Son âme devrait reposer en paix. Cet homme pieux a toujours semé le bien autour de lui, et nous devons respecter son héritage. Je m'assois sur sa tombe et me met à repenser au temps passé. À mon enfance dans ce village, à ma jeunesse, et aux paroles si sages de notre doyen.
J'ai dû m'assoupir, car j'avais tout à coup l'impression de revoir mon grand-père. Il était debout devant moi, et me souriait en me caressant les cheveux. Je lui rendis son sourire et il me dit :
"Alors Mina, tu viens rendre visite à ton grand-père. Je suis toujours là, tu vois. Je n'ai jamais quitté le village, et je veille sur tout comme par le passé. Mais toi Mina, je veille sur toi plus spécialement. Tu viens de me donner la preuve que mes conseils n'ont jamais été vains. Continue à semer le bien autour de toi. N'aie peur de personne, sauf de Dieu, et suis les élans de ton cœur. Tu as un grand cœur Mina. Ce n'est pas donné à tout le monde d'avoir un grand cœur."
Un oiseau se met à gazouiller et je sursaute. Mon grand-père n'était plus là. Je regardais autour de moi. Rien. Les champs de verdure s'étendaient à perte de vue. Ai-je rêvé ? Je me frottais les yeux et m'apprêtais à rentrer quand le son d'un moteur de véhicule attira mon attention.
Un jeune homme et une vieille femme pénétrèrent dans le cimetière. J'essayais de reconnaître la femme, mais je ne le pus. Vu le temps que j'ai passé en ville, je ne me rappelais pas vraiment de toutes ces femmes du village qui nous rendaient visite régulièrement.
La femme s'approcha de moi et me salua avant de se mettre à réciter la Fatiha devant la tombe de mon grand-père. L'homme s'était contenté de suivre sa mère et de s'arrêter juste derrière elle.
La femme se retourne vers moi et me regarde droit dans les yeux.
- Tu es bien la fille de Omar, n'est-ce pas ?
- Oui. Mais excusez-moi ma brave dame, je ne vous ai pas reconnue.
- Tu ne vas pas me reconnaître. Quand tes parents avaient déménagé, tu étais encore trop jeune, et moi je venais une fois par semaine aider ta maman à faire le grand ménage.
- Ah ! Est-ce pour cela que vous vous recueillez sur la tombe de mon grand-père ?
La femme pousse un soupir.
- Ton grand-père !
- Vous le connaissez bien apparemment.
- Ah oui ! Pour le connaître, je le connais même trop bien, puisque c'est le père de mon fils.
Je restais muette de stupéfaction.
- Je ne comprends pas.
La vieille femme me regarde un moment puis lance :
- Bien sûr tu ne comprends pas. C'est une longue histoire.
- Je sais que mon grand-père avait plusieurs femmes. Mais je les connaissais toutes. De la première à la dernière.
- Je crois que je me suis mal exprimée.
- Je veux bien te croire vénérable femme, mais je ne crois pas que mon grand-père se soit remarié dans le secret. Il n'était pas homme à faire les choses en cachette. Il était même trop fier pour craindre qui que ce soit.
- Je le sais. Mais laisse-moi-t'expliquer donc ce qui s'était réellement passé.
L'homme qui accompagnait cette femme s'était éloigné pour s'installer sous un chêne. Il avait à peu près la trentaine, et avait plutôt belle
allure.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.