Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Pris au dépourvu, les citoyens pénalisés    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    FAF : L'AGE pour la désignation du nouveau président aura lieu ce jeudi    Fort taux de suivi de la grève, selon le Cnapeste    Les ménages à rude épreuve    Secousse tellurique de 3,2 degrés dans la wilaya de Béjaïa    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    "Their Algeria" décroche le prix spécial du jury    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Energies renouvelables : une journée dédiée à l'hydrogène vert le 19 avril en cours    Mouloudia d'Alger : Les joueurs mettent la pression    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Liverpool-Real Madrid : Les compositions probables    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    Tlemcen - Ansej : des transporteurs réclament l'effacement de leurs dettes    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Un ultimatum pour Cavani    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Une grave provocation    Saidal fabriquera du Levothyrox    Exclusivement destinée à l'export    «L'immunité collective n'est pas atteinte»    Azra scintille à tigzirth    Le président Tebboune appelle à la vigilance    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Le complexe de l'automobile    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Zorc optimiste pour Haaland    David Luiz sur le départ    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    Baâdji poursuit sa purge    Saïd Bouteflika refuse de se «livrer»    Les indépendants en «conquérants»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer du FFS pour un "contrat national"
Le premier secrétaire fustige ceux qui veulent marginaliser les partis
Publié dans Liberté le 10 - 01 - 2021

Cette démarche devrait déboucher sur un plan de sortie de crise et esquisser une solution avec un consensus des forces politiques, des acteurs socioéconomiques et de ceux de la société civile.
Le premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), Youcef Aouchiche, poursuit sa tournée dans le pays, afin d'engager les débats, y compris internes au parti, et de le dynamiser en vue de l'enrichissement de l'initiative de la "convention politique nationale" qu'il projette d'organiser et l'installation de nouveaux fédéraux.
Ainsi, hier après-midi au siège du parti à Oran, Youcef Aouchiche a longuement évoqué le projet de convention nationale rappelant, une fois de plus, que cette démarche politique devrait déboucher sur un plan de sortie de crise et esquisser une solution politique avec un consensus large de toutes les forces politiques, des acteurs socioéconomiques et de ceux de la société civile.
Il s'agit, selon lui, d'asseoir les bases et les axes fondamentaux qui "permettront de construire un Etat national, celui dont rêvaient les moudjahidine... un Etat qui rassemble les Algériens et les Algériennes avec l'opportunité d'exprimer leurs idées, leurs opinions et qu'ils puissent s'organiser en toute démocratie".
Pour l'heure, l'échéance que se fixe le premier secrétaire national, est la tenue des débats internes avec des axes préalablement dégagés que le conseil national examinera avant la fin du mois en cours. Une préconvention aura lieu. Au cours de cette dernière, il sera question de la vie politique, des partis, des solutions économiques, "réelles et réalisables, pour dépasser la crise actuelle avec le contexte de la pandémie corona, l'absence de transparence dans la gestion économique, l'absence d'un projet politique sur lequel il y a accord avec tous les acteurs de la société", détaille Youcef Aouchiche.
Sans omettre de souligner, à maintes reprises, la situation régionale et internationale — "le contexte géopolitique et les menaces réelles pesant sur l'intégrité du pays" —, le premier secrétaire du FFS évoque la perspective d'un nouveau contrat national, à l'image de celui qui avait été initié par le FFS dans les années 90, durant la décennie noire, en estimant que "l'action et le rôle du FFS sont de permettre d'atteindre les objectifs du Hirak et de la révolution pacifique du 22 Février, de proposer à l'ensemble des acteurs politique sociaux une vision commune garantissant la liberté et la démocratie, une vie digne dans le pays, pour tous les Algériens".
Pour lui, ce n'est pas en "menant une campagne contre les partis, campagne menée par le pouvoir et ceux qui le suivent pour salir les formations ayant une audience dans la société, ainsi que des principes, une éthique, que l'on aura une solution à la crise...". "On ne peut parler de solution en marginalisant les partis politiques et la classe politique ; on ne peut parler de sortie de crise sans faire intervenir ceux qui ont un rôle dans le pays : les acteurs socioéconomiques, les syndicats, la société civile et les personnalités nationales qui ont des projets à cœur."
Et d'ajouter : "La responsabilité politique repose sur le pouvoir. Il faut construire un front interne solide, mais il faut qu'il repose sur des bases démocratiques avec la participation de la société et des Algériens."
Le premier secrétaire du FFS conclut sa longue allocution par le rappel des fondamentaux qui sont au cœur de la convention politique nationale et pour une sortie de crise : "Asseoir un processus politique et une volonté d'arriver à un consensus politique", en demandant la libération des tous les détenus d'opinion, ainsi que les journalistes emprisonnés.

D. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.