Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Saignée de capital humain    Face à la raréfaction et au gaspillage: La police de l'eau remise au goût du jour    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB en examen à Bordj    Un ouvrier chute du 5ème étage d'un immeuble en construction    Crise sanitaire: L'immunité collective fait encore parler d'elle    Gestes barrières: Appel à un partenariat avec la société civile    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    C'est l'escalade !    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    6 ans de prison pour deux anciens DG    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le calvaire des étudiants algériens refoulés du Canada
Ils devaient rejoindre des universités québécoises
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2021

La sous-déclaration de ressources financières, le changement de programme d'études et la non-maîtrise du français ou de l'anglais sont parmi les causes à l'origine du renvoi des étudiants.
Des étudiants algériens nouvellement inscrits dans des universités québécoises ont été expulsés par les services frontaliers du Canada à leur arrivée à l'aéroport de Montréal. Si certains étudiants arrivés fin décembre ont pu passer entre les mailles du filet non sans se faire confisquer les passeports, en attendant de se conformer aux conditions d'entrée sur le sol canadien, ce n'est pas le cas d'au moins une vingtaine d'étudiants dont les familles ont investi temps et argent pour pouvoir leur offrir des études universitaires au Québec.
Ces étudiants ont été expulsés la semaine dernière par les agents canadiens qui auraient décelé des incohérences et autres contradictions dans leurs déclarations. Une partie a été rapatriée via un vol d'Air Algérie. Mais quelque douze étudiants ont été refoulés lundi à bord d'un vol de Royal Air Maroc vers Casablanca où ils ont transité en partant d'Alger.
Comme les frontières sont fermées et les vols suspendus en raison de la pandémie de Covid-19, ils sont coincés sur place ne sachant à quel saint se vouer. Depuis, ils vivent un véritable calvaire, se contentant d'une aide de la représentation consulaire.
Le refoulement des étudiants par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) s'explique par plusieurs raisons, selon le témoignage des étudiants concernés. Ainsi, la sous-déclaration de ressources financières, le changement de programme d'études et la non-maîtrise du français ou de l'anglais sont parmi les causes à l'origine du renvoi des étudiants.
"On m'a dit combien d'argent j'avais sur moi, j'ai dit 1 500 $, mais l'agent a vite remarqué mon trac", a témoigné un étudiant qui a requis l'anonymat et qui, finalement, a été admis sur le sol canadien. Cet étudiant avait procédé à un changement de programmes avant d'embarquer à bord d'un vol de la compagnie nationale.
Beaucoup d'étudiants étrangers, notamment indiens, recourent au changement d'inscription. Après une inscription dans une université et l'obtention du visa, ils procèdent à une réorientation scolaire, en s'inscrivant pour un DEP (Diplôme d'études professionnelles) dans un collège, souvent privé.
Or, ils arrivent à l'aéroport avec un visa et un Certificat d'acceptation du Québec (CAQ), sésame qui donne droit au permis d'études. De plus, les universités se plaignent de ce changement. L'exemple de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) est emblématique, en ce sens qu'elle est la première "victime" de ces changements.
Des étudiants s'inscrivent à l'UQTR pour la simple raison que celle-ci possède un système d'inscription performant et moins compliqué et des frais d'admission moins chers. Mais une fois inscrits et le CAQ en poche, les étudiants changent de programmes et d'établissements. Ce que l'UQTR a dénoncé. Le ministère québécois de l'Immigration avise de la nécessité d'une nouvelle demande de sélection temporaire dans le cas d'un changement de niveau d'études.
Même les consultants en immigration déconseillent le changement de programmes d'études. Le recours à des cabinets d'avocat fantômes est aussi problématique. Le gouvernement du Québec a décidé récemment de suspendre pour une dizaine de collèges privés (études pré-universitaires) les Certificats d'acceptation du Québec, avant d'être débouté par la justice.
À l'origine de cet arrêté ministériel, pris le 30 décembre, une campagne de recrutement intensive d'étudiants à l'international par certains établissements. À titre d'exemple, plus de 6 300 étudiants indiens ont obtenu un permis d'études durant le premier semestre 2020.
Or, le nombre d'étudiants français et chinois qui représentent la première communauté universitaire étrangère ne dépasse pas les 3 000. Cette soudaine hausse du nombre d'étudiants étrangers a soulevé des soupçons de fraude qui ont abouti à la suspension par le Québec des certificats d'acceptation, suspension finalement annulée par décision de justice. Mais cela a contribué au resserrement des contrôles des étudiants étrangers par l'ASFC.

Yahia ARKAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.