Les modifications et les instructions de Tebboune    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    L'Allemagne évoque une dégradation de la situation des droits de l'Homme dans les territoires occupés    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    INAPPROPRIEE, DISPROPORTIONNEE ET DISCRIMINATOIRE    "Nous reprenons confiance"    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Benlamri ouvre son compteur but    «L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc»    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réunion d'urgence sur les violences au Darfour
Conseil de sécurité de l'ONU
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2021

Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait se réunir en urgence aujourd'hui pour évoquer la situation au Darfour (Soudan) après plusieurs jours de heurts interethniques meurtriers, a-t-on appris hier de sources diplomatiques.
Cette réunion, qui se déroulera à huis clos, a été demandée par trois membres non permanents du Conseil, la Norvège, l'Irlande et l'Estonie, ainsi que par trois membres permanents, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la France, a-t-on précisé de mêmes sources.
"C'est une demande européenne" qui a l'appui des Etats-Unis, a indiqué un diplomate. Mardi, le déploiement de troupes soudanaises au Darfour a aidé à un retour au calme après trois jours de heurts interethniques qui ont fait quelque 155 morts et déplacé des dizaines de milliers de personnes.
Mais les craintes de nouvelles violences persistent dans cette vaste région de l'ouest du pays, meurtrie par des années de conflit.
Les violences ont poussé près de 50 000 personnes à fuir des secteurs dans et autour d'un camp de déplacés qui avaient déjà été contraints de quitter leurs foyers en raison de précédents conflits, selon l'ONG Save the Children.
Les heurts sont survenus un peu plus de deux semaines après la fin de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union africaine (Minuad) au Darfour, décidée par le Conseil de sécurité en dépit de vives divisions internes.
Fin 2020, les Occidentaux avaient tenté de repousser cette échéance de fin de mission par la crainte de nouvelles violences, mais avaient dû plier devant l'intransigeance de la Russie, de la Chine et des membres africains du Conseil, qui entendaient ainsi soutenir une demande de Khartoum.
Selon l'ONU, les autorités soudanaises s'étaient engagées à déployer au Darfour une force de protection de 12 000 membres pour prendre le relais, à partir de janvier, des quelque 8 000 militaires et civils de la Minuad après 13 ans de présence.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.