Andy Delort seul absent pour le déplacement de Montpellier à Reims    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    L'avocat de Blida libéré hier    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zetchi recalé par la FIFA
Sa candidature pour le Conseil de l'instance de zurich rejetée
Publié dans Liberté le 28 - 01 - 2021

La FAF et le MJS pouvaient pourtant éviter un tel camouflet. Explications.
La commission de contrôle de la FIFA, présidée par l'Indien Mudgal Mukul, a rendu son verdict mardi dans le traitement des dossiers de candidature pour le conseil de la FIFA. Elle a rejeté la candidature du président de la FAF, Kheirredine Zetchi, et accepté les autres, à savoir celle du Marocain Fouzi Lakdjaa, de l'Egyptien Abou Reda et de l'Equato-Guinéen Gustavo Ndon.
La décision a été notifiée par Mail à Zetchi le mardi 26 janvier et signée par Mudgal Mukul. Bien que cette sentence puisse faire l'objet d'un recours auprès du TAS de Lausanne, il apparaît clairement que Zetchi ne participera pas au scrutin prévu le 12 mars à l'occasion de l'assemblée générale élective de la CAF.
La commission de contrôle est spécifiquement désignée pour effectuer des tâches comme les contrôles d'éligibilité des candidats à des postes à la FIFA et les vérifications d'indépendance.
Elle est composé donc de : Mudgal Mukul, président, Rehn Olli, vice-président, Ache Eduardo (Uruguay), Binnie Ian (Canada), Cantuarias Felipe (Pérou), Diop Abdoulaye (Mali), Hamad Muhannad (Bahrein), Koch Rainer (Allemagne), Laigle Steeve (Nouvelle-Zélande), Lekjaa Fouzi (Maroc), Rhone Molly (Jamaïque).
Quelles sont les raisons de ce rejet ? Selon les motifs de la décision de la FIFA, explicités dans le mail adressé à la FAF, la candidature du président de la FAF Khereidine Zetchi a été jugée non éligible en raison des deux sanctions prononcées par la CAF et la Ligue de football professionnel.
La commission de discipline de la Confédération africaine avait, en effet, en janvier 2018, suspendu Zetchi pour six mois. Cette décision faisait suite au retrait du président de la commission du Chan et ce, en guise de contestation pour le rejet de la candidature d'Ould Zmirli pour les élections du comité exécutif de la CAF.
L'on se rappelle que la CAF avait rejeté la candidature d'Ould Zmirli à cause des délais dépassés. Zetchi a, pour la même raison du reste, des altercations publiques avec les SG et président de la CAF. En outre, l'on se rappelle aussi que le président de la FAF avait été suspendu pour six mois, dont trois avec sursis, pour avoir critiqué le président de la LFP Mahfoud Kerbadj.
Président du Paradou AC à l'époque, Zetchi avait dédié de façon ironique la victoire de son équipe contre l'ASO à Kerbadji pour s'être opposé à la domiciliation de son équipe au stade du 20-Août et ce, malgré l'aval de l'APC.
La FIFA met en avant donc le fait que Zetchi a été sanctionné au double plan national et international, ce qui correspond à des circonstances aggravantes.
Pis encore, la FIFA reproche à Zetchi de n'avoir pas mentionné les deux sanctions dans le questionnaire qui lui a été adressé par la commission de contrôle et d'avoir par conséquent voulu les dissimuler.
La FAF pouvait-elle éviter un tel camouflet ? Evidemment oui, car la FIFA a déjà rendu publics les critères d'éligibilité pour les postes importants.
Elle avait bien précisé qu'une sanction d'un président durant son mandat est disqualifiante. Le secrétaire général de la FAF ne pouvait ignorer une telle réglementation. Il aurait dû à ce titre attirer l'attention de Zetchi sur ce handicap majeur.
Le ministère de la Jeunesse et des Sports, qui a donné son accord pour cette candidature en vertu de la réglementation en vigueur (obligatoire), aurait dû aussi effectuer l'enquête d'habilitation nécessaire avant de donner son aval.

SAMIR LAMARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.