Man City : De Bruyne, Guardiola n'est pas rassuré...    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Milan AC : Trois nouvelles pistes en attaque    Vers l'adaptation du système LMD au marché de travail    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Le gouvernement allège la procédure    350 millions de dinars mobilisés    «Pour un baril à 100 dollars, il faudra d'autres chocs»    Sonatrach réplique aux accusations de Petroceltic    Recensement des dossiers en suspens    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    Présidentielle et législatives en février 2022    La libération des détenus d'opinion réclamée    Moins nombreux, mais toujours déterminés    SOUS LA PLUIE, LE HIRAK    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    (12e journée)    Le MJS promet de prendre en charge la reconversion    Rejet des recours introduits    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Plus de 9 600 tonnes de pomme de terre déstockées    Sit-in des citoyens devant la résidence du wali    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Saisie de viande blanche avariée    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Bouira : Le protocole sanitaire oublié    ABUS DE POUVOIR    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    Du 18 avril au 18 mai célébration du mois du patrimoine    Opéra d'Alger : Des Ateliers de danses traditionnelles et de musique arabo-andalouse    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Place au carré se dessine    Le Hirak perd son inspiration    Garder son numéro en changeant d'opérateur    L'entente cordiale    Le processus électoral est inéluctable    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS affine sa proposition de "convention nationale"
Tout en dénonçant l'"immobilisme" politique du régime
Publié dans Liberté le 06 - 02 - 2021

Affranchi de sa longue crise interne, le Front des forces socialistes (FFS) espère peser à nouveau sur la scène politique nationale. Il a réussi à tenir, hier, une session de son conseil national au sein de son siège national, récupéré après une rude bataille juridique, en divulguant les grands axes de sa proposition de " convention politique nationale ".
Cette réunion ordinaire du conseil national, la deuxième depuis la tenue en juillet 2020 d'un congrès extraordinaire, a été l'occasion pour le premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, de donner les grands axes de la "convention politique nationale" à laquelle a appelé son parti.
Avant de soumettre publiquement la proposition du FFS à la classe politique, les militants devraient participer à la formulation dans un document qui servira de feuille de route au parti. Dans cette optique, Youcef Aouchiche a donné les grands axes sur lesquels les discussions devraient se dérouler.
Les discussions devraient s'articuler, ainsi, autour des questions politiques, économiques, diplomatiques et les mécanismes de sortie de crise.
Pour chacun des chapitres, Youcef Aouchiche a émis des interrogations qui serviront de problématiques aux débats et où toutes les questions seront à l'ordre du jour, y compris celle de savoir si la sortie de crise se fera dans le cadre constitutionnel ou plutôt après une période de transition. Tout en indiquant que le document du FFS sera prêt "dans les plus brefs délais", le premier secrétaire national de ce parti n'a, toutefois, pas fixé d'échéance précise.
S'ils proposent la tenue d'une convention politique nationale, c'est que les responsables du FFS sont plus que jamais convaincus que "désormais, la voie du vrai dialogue n'est plus un choix, mais une urgente nécessité". Tout en dénonçant "l'immobilisme politique du régime", le FFS dresse un tableau noir de la situation politique du pays et s'en prend, une nouvelle fois, à la feuille de route du pouvoir.
Pour l'instance présidentielle du parti, "le projet de la nouvelle loi électorale en prévision des élections locales et législatives anticipées ne vise en vérité qu'à donner une façade démocratique à un régime autoritaire". "Décidément, le régime est un mauvais élève", observe Hakim Belahcel dans son allocution à l'ouverture des travaux. Pour la direction du FFS, le régime politique "a oublié la leçon du dernier référendum constitutionnel qui a essuyé un rejet populaire massif et historique".
Le régime "n'est motivé que par le maintien de son pouvoir hégémonique sur l'Exécutif, le législatif et le judiciaire", ce qui est "incompatible avec les revendications démocratiques légitimes du peuple algérien", estime encore le membre de l'instance présidentielle.
Les dirigeants du FFS épinglent le pouvoir pour ses "fausses solutions" qui se résument à de "simulacres électoraux, des pseudo-dialogues, des conférences nationales de sortie de crise préfabriquées, des référendums désavoués et des consultations politiques avortées ou détournées". Cela a conduit à une situation d'un "pays bloqué dans son évolution vers l'Etat de droit et la démocratie. Un peuple empêché d'exercer son droit à l'autodétermination. Un Etat menacé dans sa souveraineté. Une Nation au bord de l'effondrement".
Sur le plan organique, les responsables du FFS rappellent qu'ils veulent aller vers le prochain "congrès unificateur" avec le moins de dégâts possible. Tour à tour, l'instance présidentielle puis le premier secrétaire national, qui se sont succédé à la tribune, ont appelé à plus d'unité et surtout au "rassemblement de la famille FFS", très divisée ces derniers mois.
Une fois cette famille réunie, "nous ne perdrons pas de vue notre objectif primordial, à savoir la redynamisation et la réhabilitation du combat politique et la cristallisation de l'engagement populaire et pacifique en faveur du changement démocratique dans le pays", a promis l'instance présidentielle.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.