L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le Barça s'offre son 31e sacre    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Manchester City maintient le suspense pour De Bruyne    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Les exigences de la CNCC    6 ans de prison pour deux anciens DG    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Arbitrage : nettoyez les écuries d'Augias !    Coupe de la ligue professionnelle : Les matchs avancés d'une demi-heure    Bouira : Envolée des prix des fruits et légumes    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    El-Bayadh: Le barrage de Brezina atteint son plus bas niveau    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Mascara: «Saliha», hommage au médecin maquisarde    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Des cités sans eau    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un étudiant violemment pris à partie au sein du campus
Université de Biskra
Publié dans Liberté le 07 - 03 - 2021

Le phénomène de la violence envahit les campus universitaires censés inculquer, outre le savoir, les valeurs morales et les règles d'un comportement approprié et équilibré.
Jeudi 4 mars, un des étudiants de l'université en question a fait l'objet d'une agression à l'arme blanche au sein du campus, à quelques mètres des salles de cours.
Pour des raisons non encore élucidées, le malheureux étudiant a été violemment attaqué par trois assaillants qui seraient étrangers à l'université. Ils l'ont, comme le montre bien un enregistrement vidéo relayé par des étudiants, jeté au sol et roué de coups de pied violents. Sur les lieux de l'agression sauvage, on peut bien distinguer des traces de sang.
"Il a été agressé avec une arme blanche par une bande de voyous ayant fait irruption dans l'université. L'un d'eux a un scooter, à bord duquel il a pu arriver même à l'intérieur du campus sans en être inquiété", raconte un étudiant.
"Personne parmi les présents n'a eu le courage d'intervenir pour sauver la victime", déplore-t-il. Cet incident soulève bien de questions sur la situation actuelle de l'université, à la sécurité des étudiants et du personnel enseignant.
Contactés par Liberté, un nombre d'enseignants de l'UMK, appelant à l'intervention des autorités compétentes pour assainir le campus universitaires de ces énergumènes, s'interrogent "qui est le responsable de la dégradation de la situation ? Qui cherche à saper la crédibilité de cette université qui continue toujours de faire preuve d'un véritable centre de rayonnement scientifique ?".

H. BAHAMMA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.