Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SOUS LA PLUIE, LE HIRAK
LE MAUVAIS TEMPS ET LE JEÛNE N'ONT PAS DISSUADE LES CITOYENS DE MARCHER
Publié dans Liberté le 17 - 04 - 2021

La pluie et le jeûne n'ont pas dissuadé des milliers d'Algériens de battre le pavé pour réitérer leur revendication d'un changement démocratique du système. À Alger, la mobilisation n'a pas faibli.
Comme d'habitude, la marche s'est ébranlée depuis la rue Victor-Hugo au centre d'Alger avec les slogans désormais consacrés : "Dawla madania, machi 3askaria" (Etat civil et non militaire), "Salimou solta li cha3b" (restituez le pouvoir au peuple).
Peu après le début de la marche, au moins deux personnes ont été interpellés rue Didouche-Mourad. Selon plusieurs témoins oculaires, il s'agirait du professeur Abdesselam Mehana et d'une autre personne dont ils ignorent le nom.
Aux chants à la gloire des martyrs de la guerre d'indépendance, et en agitant le drapeau national, les manifestants ont campé, avant de poursuivre la marche, devant le commissariat de Didouche-Mourad pour réclamer la libération des personnes arrêtées. "S'il le faut, on va rompre notre jeûne dans la rue, on ne partira pas d'ici !", clame un manifestant, la cinquantaine passée.
Parapluies en main, la colère était perceptible sur les visages de ces manifestants réunis. "On attend les renforts, les marcheurs de Bab El-Oued ne vont pas tarder à arriver", lance un autre manifestant, pancarte à la main et brocardant la police.
À l'entrée d'un immeuble sur le même boulevard, un citoyen, tapis de prière sur l'épaule, regarde les manifestants sans broncher. "Le pouvoir est sournois ; ce ne sont pas ces manifestations qui vont changer les choses", glisse-t-il. Malgré la pluie, Farida, 30 ans, habituée du Hirak, ne semble guère embarrassée.
"Je demande la libération de tous les détenus et je refuse par la même occasion la tenue des législatives. Je sors pour la liberté de la presse, de la justice et aussi la liberté de l'Algérie !" Vers 14hh45, à la rue Asselah-Hocine encore calme, des dizaines d'Algérois attendent, dispersés, l'arrivée des marcheurs de Bab El-Oued, de La Casbah et de la place des Martyrs. Et quelques minutes après, ce sont des milliers qui affluent, la plupart trempés de la tête aux pieds, rejoignant la foule venant de la place du 1er-Mai, de Belcourt et d'El-Harrach.
Pendant plus de quatre heures, sous cette journée pluvieuse et malgré le jeûne, les manifestants, dont des femmes et certains accompagnés de leurs enfants, mais aussi de certaines figures connues, à l'image de Me Bouchachi ou encore de Karim Tabbou, n'ont cessé de répéter en chœur : "Makach intikhabat m3a el-3issabate" (pas d'élections avec la bande mafieuse), "... Echa3b et'harrar houa li iqarrar, dawla madania" (le peuple s'est libéré, c'est lui qui décide, Etat civil). Ils ont également réclamé la libération des détenus d'opinon. Sur des écriteaux, les manifestants revendiquent pour la plupart la poursuite du mouvement populaire et la libération des détenus politiques.
"Il y en a marre, on n'en peut plus. C'est en voyant ce qu'est devenue la capitale que l'on se rend compte du mal que nous vivons. C'est trop, nous vivons dans la misère et les pénuries de denrées alimentaires. C'est inacceptable, je refuse de faire la queue pour un litre d'huile", lance un manifestant, la soixantaine passée.

Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.