Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 18 - 04 - 2021

Le groupe bancaire envisage un prix du pétrole à 62 dollars et 67 dollars par baril en moyenne pour 2021 et 2022 respectivement.
"Notre scénario de prix du pétrole se fonde sur un équilibrage volontaire via l'offre du marché pétrolier par l'Opep+ en 2021 et le premier semestre de 2022", souligne Stéphane Ferdrin, ingénieur-conseil pétrole et gaz à la direction des études économiques de Crédit Agricole. L'Arabie saoudite et ses partenaires principaux, prévoit-il, adapteraient leurs productions afin de maintenir le marché pétrolier légèrement déficitaire, permettant progressivement de réduire les stocks.
"Cette stratégie devrait permettre aux membres de l'Opep+ de maintenir les prix du pétrole dans une fourchette raisonnable entre 60 et 70 dollars par baril pour leurs finances publiques, tout en limitant le risque d'emballement de la production américaine de pétrole", estime l'expert du Crédit Agricole. Dans un environnement de prix modéré et un contexte de marché incertain, le scénario, du groupe bancaire français, suppose que les producteurs américains seront soucieux de privilégier la rentabilité aux volumes.
Selon Stéphane Ferdrin, la forte hausse du prix du pétrole de ces derniers mois est essentiellement due au très bon respect des quotas par les gros pays producteurs du groupe Opep+ et à la réduction supplémentaire d'un million de barils par jour appliquée par l'Arabie saoudite au cours des mois de février, mars et étendue à avril.
"Depuis le dernier accord d'avril 2020 de l'Opep+, tous les membres de l'organisation ont respecté scrupuleusement les quotas de réduction. Entre juillet et décembre 2020, l'Opep et la Russie ont en effet suivi à hauteur de 100% et 95% respectivement les recommandations de limitation", relève le groupe bancaire français.
En décembre, rappelle Crédit Agricole, et face à une reprise économique moins soutenue que prévu, les pays de l'organisation ont décidé d'un rythme de reprise de la production plus faible que prévu. Pour Stéphane Ferdrin, la croissance de la demande en pétrole demeure très liée à l'évolution mondiale de la pandémie, et le prix du baril devrait être encore très lié à l'offre durant l'année 2021. "La consommation de pétrole devrait progressivement se redresser à mesure que les campagnes de vaccination s'étendent et accélèrent, mais la demande en pétrole pourrait ne pas dépasser son niveau pré-crise (100 millions de barils par jour du dernier trimestre 2019) avant la fin 2022", affirme Stéphane Ferdrin.
Ce dernier estime que la demande en pétrole reste incertaine et tributaire de l'évolution de la pandémie de Covid-19. Il fait remarquer que dans plusieurs pays de l'OCDE, il est même possible que la demande de pétrole ait déjà atteint son pic sous les effets du développement du télétravail, d'une perte sèche d'emplois par rapport à l'avant-Covid-19 et du développement de la voiture électrique. "L'Asie et les pays émergents seront donc les principaux moteurs de la croissance de la demande en produits pétroliers", souligne l'expert. L'équilibre du marché pétrolier dépendra ainsi de la capacité de l'Opep+ à adapter sa production à l'évolution de la demande.
M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.