Libye: réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    La SEAAL annonce une suspension dans plusieurs communes d'Alger    Coupe de la CAF: la JSK s'impose en déplacement face à Coton Sport    Euro 2020 : Le Pays de Galles rejoint l'Italie dans le groupe A    Le rôle de l'Algérie dans le soutien aux réfugiés sahraouis mis en avant    Baccalauréat: les candidats libres à Blida, une volonté à toutes épreuves pour réussir    Coronavirus: 342 nouveaux cas, 235 guérisons et 7 décès ces dernières 24 heures en Algérie    Covid-19 : Reconduction des mesures de confinement dans 14 wilayas pour 21 jours à partir de lundi    Angleterre - Kane : "Deux matchs difficiles pour moi"    «Le boycott a bénéficié aux anciens appareils»    Qui succédera à Djerad ?    Ligue 1 algérienne : La JSS redevient dauphin, et met la pression sur l'ESS    APLS: Nouvelles attaques contre les retranchements des soldats de l'occupation marocaine    Cap sur le sixième congrès    Boumerdes: instructions pour livrer prochainement 25 puits    Remèdes à base de gingembre pour prendre soin de sa santé cutanée    Les Pasdaran du net !    Mohammed Khadda toujours à l'affiche    Ligue 2 (21e journée): le HBCL au tournoi des play-offs, le RCA s'en approche    Le Rassemblement "El-Hisn El-Matine" lance une initiative de soutien au président de la République dans le prochain parlement    L'ultraconservateur Raïssi, nouveau maître de Téhéran    Le mirage de la paix    Six individus placés sous contrôle judiciaire à Biskra    Trompeuse stabilité !    Un match qui intéresse Belmadi et Bougherra    OUNAS INTERESSE BESIKTAS    Le public renoue avec les spectacles de musique    ...SORTIR ...    Décès de Mohamed Benkhedda : Blida perd son notable    Mascara: De nouveaux projets réceptionnés    Etudiants et personnes âgées: La dispense des frais de confinement toujours en vigueur    Cap Blanc: Un terrain de 10 hectares pour une station de dessalement    L'ancien ministre Tahar Khaoua placé en détention    Le ministère de l'Intérieur fixe les conditions de restitution: Du nouveau pour les véhicules saisis    Béthioua et Sidi Benyebka: Réception de 1.500 logements avant la fin du mois    Le MSP avance masqué    Nouvelle dynamique commerciale    «Notre force est dans notre diversité»    L'université proche du monde économique    Du nouveau pour les propriétaires    Un accord «urgent» avec le FMI nécessaire, selon Josep Borrell    Les Etats-Unis réduisent leur présence militaire au Moyen-Orient    Les Français appelés aux urnes, aujourd'hui    Exploitation artisanale des mines d'amessmessa    Le mouvement El-Islah maintient le cap    L'Arav convoque le directeur de la chaîne «El-Hayat TV»    Doria Tillier maîtresse de cérémonie de la 74e édition    «Archéologie du corps colonisé»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté pour Karèche
RASSEMBLEMENTS DE SOUTIEN AVEC LE JOURNALISTE
Publié dans Liberté le 04 - 05 - 2021

La journée mondiale de la liberté de la presse a été une occasion pour les journalistes de réitérer l'appel à la libération de Rabah Karèche qui entame sa troisième semaine de détention provisoire.
Ils étaient plusieurs journalistes à prendre part, hier, au sit-in de soutien et de solidarité avec Rabah Karèche, organisé place de la Liberté de presse, à Alger. Initié par le comité de soutien au journaliste Rabah Karèche à l'occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse, les présents ont appelé à la libération immédiate du journaliste, sous mandat de dépôt à la prison de Tamanrasset.
Sur place, et malgré la forte présence policière, les manifestants ont rappelé que "Rabah Karèche est détenu pour ses écrits", d'où, ont-ils estimé, "l'urgence de le libérer". "Le journalisme n'est pas un crime", "Libérez la presse", "Libérez Rabah Karèche", "Presse libre, justice indépendante", "Algérie libre et démocratique", tels sont, entre autres, les slogans scandés par les manifestants qui ont choisi de marquer cette date par cette action, afin de dénoncer "les emprisonnements", mais aussi "les pressions" que subissent les journalistes.
Durant plus d'une heure de manifestation pacifique, les journalistes et les citoyens qui se sont joints à l'action ont appelé au respect de la liberté de la presse, l'un des fondements de la démocratie. En l'absence d'officiels pour marquer cette journée du 3 mai, ce sont les professionnels de la presse qui ont pris l'initiative de défendre Rabah Karèche et les autres journalistes poursuivis par la justice. Pour rappel, Rabah Karèche croupit à la prison de Tamanrasset depuis plus de deux semaines. Il est officiellement poursuivi pour ses écrits sur les réseaux sociaux, mais en réalité, le journaliste n'a fait que partager sur les réseaux sociaux ses articles parus sur Liberté.
Des accusations farfelues pour justifier sa détention, surtout après avoir assuré la couverture médiatique d'une manifestation publique des habitants de Tamanrasset qui dénonçaient le nouveau découpage administratif décidé par les autorités à la suite de la création de nouvelles wilayas.
Métier à risque
À Tizi ouzou, ses journalistes, des avocats, des militants politiques et de nombreux anonymes ont également répondu, hier, à l'occasion du 3 mai, à l'appel des journalistes de la wilaya de Tizi Ouzou pour un rassemblement de soutien à notre confrèr Rabah Karèche.
Organisé au monument des journalistes assassinés, situé au centre-ville, les nombreux participants à ce rassemblement ont rappelé, à tour de rôle, la situation peu reluisante que traversent les journalistes en Algérie, les menaces qui pèsent sur la liberté de la presse et sur l'exercice du métier de journaliste.
Après le dépôt de l'habituelle gerbe de fleurs à la mémoire des journalistes assassinés, le représentant des journalistes locaux, Samir Leslous, a commencé par lire une déclaration à travers laquelle, il a relevé les atteintes aux libertés qui se multiplient. "La justice est systématiquement actionnée à l'encontre des citoyens dont le seul tort est d'avoir manifesté ou émis une opinion sur les réseaux sociaux.
Universitaires et journalistes n'échappent pas à cet acharnement qui consiste à judiciariser la liberté de penser, d'opinion et de la presse", a-t-il déclaré. "Pour ne parler que de la situation actuelle, le cas de notre confrère du journal Liberté, Rabah Karèche, est symptomatique de cet promptitude à criminaliser le métier de journaliste (...)", a-t-il ajouté, avant de révéler que même l'association des journalistes de Tizi Ouzou fait face à un blocage administratif qui ne dit pas son nom.
Intervenant à cette même cérémonie, le militant politique, Hamou Boumedine, a évoqué une détention arbitraire du journaliste Rabah Karèche. "Nous sommes dans une situation où, en exerçant le métier de journaliste, on risque d'être traduit en justice et d'être mis sous mandat de dépôt", a-t-il regretté. Présent à ce rassemblement, Djamel, le frère de Rabah Karèche, a, pour sa part, dénoncé la détention arbitraire de son frère, avant d'appeler à sa libération.

M. M/K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.