Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eternels atermoiements
REFORME DU SECTEUR BANCAIRE PUBLIC
Publié dans Liberté le 16 - 05 - 2021

L'Algérie n'a pas progressé dans la réforme bancaire en raison du fait que la politique financière renferme encore de lourds éléments d'étatisme. L'expert financier Souhil Meddah pointe, pour sa part, le manque de ressources humaines bien formées et de volonté politique.
L'Algérie n'a pas progressé dans la réforme bancaire, et ce, pour diverses raisons dont, notamment, le fait que la politique financière renferme encore de lourds éléments d'étatisme. En effet, le système financier se caractérise par une prédominance excessive des banques publiques, le secteur privé, représentant pourtant un ressort essentiel du monde de la finance dans les pays à économie de marché, reste encore minoritaire aujourd'hui en Algérie.
L'Etat ne semble pas vouloir copier des modèles en matière de réforme bancaire qui ont fait leurs preuves dans plusieurs pays où les progrès accomplis dans le domaine de la privatisation des banques sont encourageants et où les capitaux étrangers occupent une place importante dans le secteur bancaire.
Il y a quelques années, le pays avait initié le processus de privatisation d'une ou deux banques, mais l'opération a rapidement tourné court.Jusqu'à présent, on ne sait pas pourquoi le processus s'est arrêté. Mais pour certains, ce projet a été mis sous le boisseau, parce que l'Etat s'est recroquevillé dans une forme de logique dogmatique pour garder son monopole sur les banques.
C'est peut-être là l'une des raisons expliquant le peu d'entrain que le pays met dans la mise en œuvre du processus de la réforme bancaire. Souhil Meddah, expert financier, a un autre point de vue à ce sujet. Il relève que "le manque de ressources humaines bien formées et de volonté politique sont les principaux obstacles à la réforme bancaire", au sens large du terme.
Pourtant, poursuit-il, l'Exécutif sait que "la pérennité du système financier passera par une réforme des banques et que cela concourra durablement au développement et à la croissance économique". L'expert rappelle que les banques publiques "n'ont pas réussi à innover et à étendre la gamme de leurs produits et de leurs services". De même, ajoute-t-il, "elles ne sont pas parvenues à mettre en place un système d'information décentralisé fonctionnant à travers un réseau bien fluidifié".
Il relève en ce sens : "Nous sommes à l'ère du numérique au quotidien, et les banques doivent moderniser les systèmes de paiement avec la mise en place d'instruments de paiement et de circuits d'échange assurant la célérité et la sécurité des opérations bancaires. Cela fait aussi partie de la réforme bancaire."
Une question se pose, cependant : peut-on exiger des banques d'engager des réformes, alors qu'elles ont à gérer des créances douteuses et qu'elles continuent d'accorder des crédits à des entreprises publiques en difficulté aujourd'hui et qui risquent de se porter plus mal encore à l'avenir ?
Voilà une question à laquelle il faut aussi trouver une réponse dans la politique de l'Exécutif. Souhil Meddah insiste à ce propos sur le fait qu'il y a "nécessite de développer un modèle managérial qui permettrait aux banques d'améliorer leur offre de service et, conséquemment, leurs performances". Les banques publiques seront désormais dirigées par un organe bicéphale composé d'un directeur général et d'un conseil d'administration.
Cette forme de gestion ne risquerait-elle pas de créer de la confusion ? Souhil Medadh estime que pour le principe, la frontière "est bien nette entre les deux", expliquant que le conseil d'administration établit la "politique de la banque" et le directeur général "l'exécute".
Il ajoute que le directeur général "peut consulter" le conseil d'administration au sujet de certaines questions et qu'il est "comptable" envers lui. Et de poursuivre : "Le conseil d'administration et le directeur général doivent néanmoins adopter une feuille de route, énonçant les responsabilités qu'ils assumeront et les fonctions que doit remplir chacun d'eux."
Il est bon de rappeler que l'Etat avait déjà mis en œuvre par le passé le modèle de direction bicéphale. Cependant, cette politique s'est avérée être un échec total. Pour notre interlocuteur, "le contexte de l'époque ne se prêtait pas à ce mode de management".
Il y a lieu, en effet, de se replacer dans le contexte au cours duquel, des mesures de soutien financier ont été adoptées par le FMI en faveur de l'Algérie. Souhil Meddah estime que le pays avait ainsi "d'autres préoccupations que la mise en œuvre et le suivi d'une réforme managériale".
Il explique que dans le contexte actuel, où les banques ont intérêt à se mettre en phase avec les exigences de l'heure en matière financière et de modernisation, un "commandement bicéphale peut fonctionner de manière responsable et efficace, à condition qu'il fasse appel à des compétences de haut niveau et travaillant dans un environnement sain".

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.