Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Plages de Tlemcen: près de 2 mns d'estivants recensés en juin et juillet    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    La nouvelle stratégie    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Finalisation de l'examen des décrets exécutifs
LOI SUR LES HYDROCARBURES
Publié dans Liberté le 12 - 06 - 2021

Après plus de deux années de retard, le gouvernement a finalement achevé l'examen de tous les décrets exécutifs nécessaires pour l'activation de la loi sur les hydrocarbures. Lors d'une réunion, tenue jeudi dernier, le conseil de gouvernement a examiné quatre projets de décrets exécutifs présentés par le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab.
Le premier décret concerne la méthode de calcul du droit de cession appliqué sur les activités en amont, où le droit de cession devra être versé à l'administration des impôts par le partenaire contractant. Le deuxième porte sur les règles et conditions d'exercice des activités de raffinage des hydrocarbures.
Le troisième décret prévoit des mesures de contrôle et de suivi des travaux de réalisation et d'exploitation du système de transport par pipelines. Enfin, le quatrième concerne les exigences requises par les opérations de conception, de fabrication et d'exploitation des pipelines et des capacités de stockage des hydrocarbures et des produits pétroliers.
Selon le communiqué des services du Premier ministre, le gouvernement aura, par la promulgation de ces décrets exécutifs, défini tous les garde-fous et les mécanismes juridiques en vue d'une activation à part entière de la loi sur les hydrocarbures.
Cette nouvelle loi avait été adoptée en novembre 2019 et publiée dans le Journal officiel en janvier 2020. La non-finalisation et la non-publication des textes nécessaires pour son application dans les délais impartis ont retardé son entrée en vigueur.
Pour rappel, cette nouvelle loi vient remplacer la loi 05-07, laquelle, depuis son adoption en 2005 et malgré des amendements en 2013, n'a pas pu attirer les entreprises étrangères.
Et c'est justement cette situation qui a rendu nécessaire, selon les pouvoirs publics, l'adoption d'une nouvelle loi sur les hydrocarbures qui motiverait les investisseurs étrangers.
Ce nouveau cadre juridique est censé permettre à Sonatrach d'atteindre ses objectifs, qui sont l'élargissement des activités d'amont et d'aval où la société procédera à la prospection, à l'extraction et à l'exploitation des ressources pétro-gazières.
Dans un récent entretien accordé à Liberté, l'expert pétrolier Mohamed Saïd Beghoul a estimé que le retard dans l'application de la loi sur les hydrocarbures produira des effets négatifs sur le secteur pétrolier, dont l'ambition est d'attirer l'investissement étranger.
Certes, on ne peut que se réjouir de la finalisation des textes d'application et de l'activation effective de la nouvelle loi, mais force est de constater que cette activation intervient alors que la conjoncture de l'industrie pétrolière actuelle n'est pas favorable à l'investissement.
En effet, le désinvestissement des énergies fossiles, défendu depuis des années par les associations de défense de l'environnement, est repris, aujourd'hui, par l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Dans un rapport, le mois dernier, cette dernière plaide pour un arrêt immédiat des investissements dans les fossiles pour atteindre la neutralité carbone en 2050.
En Algérie, la nouvelle loi prévoit des mesures incitatives, flexibles et attractives pour les investisseurs étrangers. Mais il faudrait également prendre en compte cette nouvelle conjoncture, qui diffère de celle ayant prévalu lors de l'élaboration de cette loi.

Saïd SMATI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.