GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    A quelles nouveautés s'attendre ?    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    2021 : l'année de tous les dangers    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Le MCO recroise Cherif El-Ouazzani    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    "LE SERMENT"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Finalisation de l'examen des décrets exécutifs
LOI SUR LES HYDROCARBURES
Publié dans Liberté le 12 - 06 - 2021

Après plus de deux années de retard, le gouvernement a finalement achevé l'examen de tous les décrets exécutifs nécessaires pour l'activation de la loi sur les hydrocarbures. Lors d'une réunion, tenue jeudi dernier, le conseil de gouvernement a examiné quatre projets de décrets exécutifs présentés par le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab.
Le premier décret concerne la méthode de calcul du droit de cession appliqué sur les activités en amont, où le droit de cession devra être versé à l'administration des impôts par le partenaire contractant. Le deuxième porte sur les règles et conditions d'exercice des activités de raffinage des hydrocarbures.
Le troisième décret prévoit des mesures de contrôle et de suivi des travaux de réalisation et d'exploitation du système de transport par pipelines. Enfin, le quatrième concerne les exigences requises par les opérations de conception, de fabrication et d'exploitation des pipelines et des capacités de stockage des hydrocarbures et des produits pétroliers.
Selon le communiqué des services du Premier ministre, le gouvernement aura, par la promulgation de ces décrets exécutifs, défini tous les garde-fous et les mécanismes juridiques en vue d'une activation à part entière de la loi sur les hydrocarbures.
Cette nouvelle loi avait été adoptée en novembre 2019 et publiée dans le Journal officiel en janvier 2020. La non-finalisation et la non-publication des textes nécessaires pour son application dans les délais impartis ont retardé son entrée en vigueur.
Pour rappel, cette nouvelle loi vient remplacer la loi 05-07, laquelle, depuis son adoption en 2005 et malgré des amendements en 2013, n'a pas pu attirer les entreprises étrangères.
Et c'est justement cette situation qui a rendu nécessaire, selon les pouvoirs publics, l'adoption d'une nouvelle loi sur les hydrocarbures qui motiverait les investisseurs étrangers.
Ce nouveau cadre juridique est censé permettre à Sonatrach d'atteindre ses objectifs, qui sont l'élargissement des activités d'amont et d'aval où la société procédera à la prospection, à l'extraction et à l'exploitation des ressources pétro-gazières.
Dans un récent entretien accordé à Liberté, l'expert pétrolier Mohamed Saïd Beghoul a estimé que le retard dans l'application de la loi sur les hydrocarbures produira des effets négatifs sur le secteur pétrolier, dont l'ambition est d'attirer l'investissement étranger.
Certes, on ne peut que se réjouir de la finalisation des textes d'application et de l'activation effective de la nouvelle loi, mais force est de constater que cette activation intervient alors que la conjoncture de l'industrie pétrolière actuelle n'est pas favorable à l'investissement.
En effet, le désinvestissement des énergies fossiles, défendu depuis des années par les associations de défense de l'environnement, est repris, aujourd'hui, par l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Dans un rapport, le mois dernier, cette dernière plaide pour un arrêt immédiat des investissements dans les fossiles pour atteindre la neutralité carbone en 2050.
En Algérie, la nouvelle loi prévoit des mesures incitatives, flexibles et attractives pour les investisseurs étrangers. Mais il faudrait également prendre en compte cette nouvelle conjoncture, qui diffère de celle ayant prévalu lors de l'élaboration de cette loi.

Saïd SMATI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.