Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU
POUR RECLAMER L'OUVERTURE DE LEURS ETABLISSEMENTS
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2021

■ Les gérants des salles des fêtes de la wilaya de Tizi Ouzou ont battu le pavé, jeudi, au centre-ville de Tizi Ouzou pour réclamer la réouverture de leurs établissements, fermés depuis maintenant quinze mois.
Selon l'un des manifestants, et après avoir frappé à toutes les portes des administrations concernées, les gérants des salles des fêtes ont pris la décision de marcher pour réclamer une prise en charge urgente de leur problème. "La rue est désormais notre seule voie de recours face au mutisme de l'administration", a estimé le même manifestant.
À noter que cette marche s'est ébranlée depuis le siège de la wilaya, pour faire le tour de la ville, et ce, en traversant la grande rue et la haute ville, avant de revenir, une autre fois, à l'accès principal de la wilaya où les manifestants ont organisé un sit-in.
Durant cette marche, les manifestants ont déployé de nombreuses banderoles sur lesquelles on pouvait lire : "Wilaya fermée par les gérants des salles des fêtes", "Vous nous avez humiliés", "Laissez-nous travailler" et "Hôtels, théâtres, restaurants et fêtes autorisés, et pourquoi pas les salles des fêtes ?".
Selon les précisions du président de la section salles des fêtes à l'UGCAA, Ben Boudjema, une délégation de représentants des gérants des salles des fêtes a été reçue par le wali, qui a promis, encore une fois, de transmettre leurs doléances en haut lieu, à savoir les hautes autorités du pays.
"Le wali nous a bien expliqué que cela ne relevait pas de ses prérogatives, mais qu'il transmettra nos doléances et qu'il compatissait à notre préoccupation", a affirmé M. Ben Boudjema, pour qui la situation des gérants des salles des fêtes devient de plus en plus inquiétante.
"Après cet été, de nombreuses salles des fêtes vont fermer et mettre la clé sous le paillasson", a-t-il relevé, tout en indiquant que si la situation persiste, les gérants des salles des fêtes passeront à des actions plus radicales.
"À ce rythme, nous allons venir camper devant le siège de la wilaya pour exprimer notre désarroi le plus total face à cette situation qui perdure depuis quinze mois. Nous avons, nous aussi, des familles à nourrir", a-t-il alerté, tout en se demandant pourquoi les activités festives officielles sont tolérées normalement.
À rappeler que les gérants des salles des fêtes avaient adressé de nombreux courriers au président de la République lui demandant l'allègement des mesures pour les salles des fêtes, et ce, ont-ils écrit, à l'instar des autres secteurs d'activité accueillant du public. En vain.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.