L'Algérie affronte le Niger le 8 octobre à Blida    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    PSG : Vers le forfait de Mbappé face à Lyon    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



RABAT ESSUIE UN NOUVEAU REVERS
LA JUSTICE ESPAGNOLE PRONONCE UN NON-LIEU DANS L'AFFAIRE BRAHIM GHALI
Publié dans Liberté le 31 - 07 - 2021

Le Tribunal central d'instruction en Espagne a annoncé jeudi le classement de l'affaire de la plainte portée en 2008 par une association affiliée au Makhzen contre le président sahraoui Brahim Ghali, invoquant des contradictions entre les charges contenues dans la plainte et les dépositions des témoins.
L'audition des témoins suffit pour apprécier les contradictions dénoncées par la défense de M. Brahim Ghali, selon la sentence consultée par l'APS.
Le tribunal affirme qu'il y a un manque manifeste de détails pertinents sur le lieu et le moment des faits allégués ainsi que sur le poste occupé, alors, par le président Ghali, et qui selon la justice espagnole, sape la crédibilité des témoignages et par conséquent empêche de maintenir l'accusation contre lui.
La décision du Tribunal espagnol constitue un nouveau camouflet pour le Maroc qui a mobilisé son appareil diplomatique et ses médias pour discréditer le président sahraoui. Elle intervient deux mois après celle de la Haute Cour d'Espagne qui a jugé qu'il n'y avait pas lieu de prononcer la détention provisoire, ni toutes autres types de mesures préventives contre le président sahraoui Brahim Ghali, hospitalisé, alors, en Espagne.
Motivant sa décision, la Haute Cour avait expliqué que le rapport des accusations ne contenait pas des preuves corroborantes des témoins et donc ne constituent (les accusations) pas une preuve suffisante pour tenir M. Ghali responsable d'un quelconque délit. Subséquemment, il n'y a pas lieu non plus, précise la Cour, de prendre des mesures préventives personnelles sur la base de rapports faisant état de l'entrée illicite de Brahim Ghali en Espagne.
"Le Makhzen subit un nouveau revers après le verdict de la justice espagnole qui a décidé de classer l'affaire de 2008 contre le président Brahim Ghali", a réagi depuis Bruxelles le représentant du Front Polisario en Europe et à l'Union européenne, Abi Bouchraya Bachir. C'est surtout "une décision qui confirme la nature politique de cette affaire fabriquée de toute pièce et qui n'avait pour objectif que d'entacher l'image et la lutte du peuple sahraoui", a-t-il dit.
Par ailleurs, le président sahraoui, Brahim Ghali a interpellé, mercredi, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres et les membres du Conseil de sécurité sur la situation "alarmante" dans les territoires sahraouis occupés, assurant que l'inaction des Nations unies et leur silence a permis à l'occupant marocain de persister dans ses pratiques barbares.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.