5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'APC menace de résilier son contrat avec le CET
Gestion des déchets ménagers à Bordj Bou-ArrEridj
Publié dans Liberté le 01 - 08 - 2021

Le P/APC de Bordj Bou-Arréridj, M. Salim Hanachi, n'a pas ménagé ses mots pour dénoncer la mauvaise gestion des déchets ménagers de la commune du chef-lieu de wilaya. Lors d'une session extraordinaire de l'APC de Bordj Bou-Arréridj, le maire a menacé le centre d'enfouissement technique (CET) de résilier le contrat qui le relie avec la commune s'il ne respecte pas le cahier des charges. Pour l'élu, la situation, en cette période de pandémie et en plein été, est catastrophique. La gestion des déchets ménagers à Bordj Bou-Arréridj laisse à désirer.
Un dernier avertissement avant résiliation du contrat vient d'être adressé au responsable du CET. Pour ses élus locaux, le CET a de grandes difficultés à contenir et à éliminer les déchets, comme en témoigne le spectacle des détritus qui jonchent le bord des routes et l'amoncellement des déchets dans des décharges sauvages. "Aujourd'hui, on arrive souvent à une situation de crise, puisque les répercussions sur l'environnement et sur la santé des habitants sont de plus en plus graves. À quoi vont servir les opérations de désinfection si la poubelle jonche les rues ?" se demande le maire, qui ajoute que la commune de Bordj Bou-Arréridj, qui verse 40 milliards de centimes chaque année au CET, attend en retour une ville propre.
En effet, sacs jaunes et noirs, emballages divers, bidons et matières plastiques enveloppent les conteneurs archipleins. Dans certains quartiers, des déchets jonchent les abords des poubelles et des dévidoirs qui sont archipleins, créant la colère des riverains qui sont incommodés par les odeurs nauséabondes. "Ça ne fait pas bien propre tout ça", commente un homme âgé qui vient jeter ses déchets. Du côté de la population, les avis divergent : pour certains cet avertissement est une très bonne initiative qu'ils soutiennent sans réserve, pour d'autres, ce n'est que de la poudre aux yeux et une précampagne électorale pour les élections locales. "Le CET gère la gestion des déchets ménagers de la ville de Bordj Bou-Arréridj depuis des années, et ce manquement ne date pas d'hier. Pourquoi nos élus se sont réveillés à quelques jours de la fin de leur mandat ?" s'est demandé un grand nombre de Bordjiens.
Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.