5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'IMPERATIF D'UNE CESSION PROFITABLE
RACHAT DES PARTS DE VEON DANS LE CAPITAL DJEZZY
Publié dans Liberté le 01 - 08 - 2021

La vente annoncée des parts de Veon dans Djezzy s'apparente à un exercice complexe pour l'Etat qui doit slalomer entre des exigences de profitabilité et l'impératif d'une acquisition conforme à la législation qui interdit les positions dominantes.
Quelques semaines après le retrait annoncé par le groupe néerlandais, Veon, du marché algérien de la téléphonie mobile, les lectures vont bon train quant à la réaction de l'Etat algérien qui risque de se retrouver en position dominante avec deux opérateurs publics, à savoir Mobilis, qui monopolise environ 40% des parts du marché, et Djezzy qui en détient un tiers.
Depuis l'annonce de la vente à l'Etat algérien des 45,57% que Veon détient dans Omnium Télécom Algérie (OTA), le gouvernement, représenté par le Fonds national d'investissement (FNI), n'a jusqu'ici soufflé mot et semble confronté à un dilemme cornélien : choisir entre la position dominante réprimée par la loi et l'option d'une ouverture du capital à laquelle l'Etat avait depuis toujours opposé une attitude de méfiance.
En témoigne la piste maintes fois abandonnée de l'ouverture du capital des entreprises publiques, dont celui du groupe Mobilis, ajournée à deux reprises pour des considérations - jusqu'ici - inexpliquées. Maître Hind Benmiloud, avocate et spécialiste du droit des affaires, estime qu'il y a bel et bien risque que l'Etat se retrouve dans une position dominante que lui-même a depuis toujours réprimée.
La loi elle-même interdit et réprime les positions dominantes, estime l'avocate, contactée par Liberté. Le poids de l'Etat dans Djezzy, acquis pour 2,643 milliards de dollars en 2015, avait déjà soulevé des vagues ; les spécialistes jugeant que Djezzy était surcotée en 2015 et sa valeur réelle ne pouvait dépasser les 2,4 milliards de dollars.
C'est le point de vue de Chabane Assad, fondateur du cabinet Finabi Conseil, qui estime que la valeur de Djezzy en 2015 "ne pouvait dépasser les 2,4 milliards de dollars et que l'Etat aurait dû payer 1,22 milliard de dollars" pour l'acquisition d'une part majoritaire de 51%.
En 2019, soutient Chabane Assad, la valeur de Djezzy était de seulement 1,6 milliard de dollars et que le prix des 45,45% que Veon voudrait céder à l'Etat algérien ne dépasserait pas les 600 millions de dollars. Ainsi, la sortie de Veon du capital de Djezzy pourrait faire subir à l'Etat une perte sèche de plusieurs centaines de millions de dollars, six années seulement après avoir racheté au prix fort les 51% de parts dans OTA.
D'autant plus que les résultats de l'opérateur amorçaient une décrue ininterrompue depuis 2015. Selon l'expert financier Chabane Assad, Djezzy a connu une baisse significative de son activité passant d'un chiffre d'affaires de 112 milliards de dinars en 2016 à 90 milliards de dinars en 2019. Le résultat net de 2019 a été de 17 milliards de dinars seulement, correspondant à 114,5 millions de dollars.
Le P-DG de Djezzy rassure
L'Etat actionnaire a dégagé une rentabilité financière de 2,79%, soit de 144,5 millions de dollars, rapportée au prix de rachat des 51% de Djezzy, à savoir 2,643 milliards de dollars. "La rentabilité financière de Djezzy a baissé de 46,36%", estime le fondateur de Finabi Conseil.
Contacté par Liberté, le P-DG de Djezzy, Matthieu Galvani, n'a pas souhaité faire de commentaires au sujet de la vente annoncée des parts de Veon dans Djezzy à l'Etat algérien, soulignant qu'il s'agit d'une "décision d'actionnaires".
"En tant que direction, nous restons pleinement engagés pour assurer la continuité du business afin de poursuivre le développement digital de l'entreprise et améliorer la qualité de service pour nos clients qui demeurent au cœur de la stratégie de l'entreprise", assure le P-DG de Djezzy, nous invitant "à contacter le Fonds national d'investissement et le groupe Veon pour plus d'explication".
Au niveau de Djezzy, l'on continue à défendre une "entreprise rentable, solide financièrement et surtout sans la moindre dette". La baisse des indicateurs financiers serait liée au marché des télécommunications qui se stabilise, dans son ensemble, mais aussi à certains éléments de la conjoncture, dont la baisse des prix.
Face aux problématiques posées par cette perspective de sortie de Veon du capital de Djezzy, bien que codifiée par le pacte d'actionnaires, le gouvernement doit préparer les conditions d'une cession profitable à l'Algérie, d'autant plus qu'il s'agira d'une ponction sur les réserves de change. A cet effet, le fondateur de Finabi Conseil suggère une ouverture du capital de Djezzy au profit de la diaspora via la bourse d'Alger.
"La rentabilité financière espérée est de 12%, alors que la Bourse constitue un bon levier pour attirer l'épargne de la communauté algérienne à l'étranger", estime Chabane Assad qui recommande comme seconde piste, la cession de la partie à acheter de Veon à un fonds d'investissement étranger.
"In fine, ce dernier sortira dans cinq ou sept ans du capital via la bourse", soutient-il.
De prime abord, cette probable vente des parts de Veon dans Djezzy s'apparente à un exercice complexe pour l'Etat qui doit slalomer entre l'exigence d'une sortie peu coûteuse - car il s'agit, d'abord, de préserver les réserves de change - et les impératifs d'une acquisition respectueuse d'une législation interdisant les positions dominantes.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.