153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le poids des non-dits dans la société algérienne
"Viols et filiations" de Christiane Chaulet-Achour et Faïka Medjahed
Publié dans Liberté le 10 - 08 - 2021

Le postulat de départ des deux auteures est de "juxtaposer deux expériences de vie, à la fois personnelle et professionnelle", et de mettre "en parallèle des récits de vie écoutés, transcrits et analysés, d'une part, et ceux lus et analysés dans des fictions, dans la société algérienne, autour de deux noyaux durs : le viol et la filiation".
Passé inaperçu à cause de la crise de Covid et du marché du livre en cette période de pandémie depuis l'année dernière, l'ouvrage Viols et Filiations (éditions Koukou) de l'universitaire Christiane Chaulet-Achour et de la psychanalyste Faïka Medjahed mériterait pourtant bien un focus en raison de l'importance du sujet qu'il traite : le viol, les traumas et la violence faits aux femmes. Les deux amies, chacune au parcours singulier, ont écrit cet ouvrage à quatre mains alors que resurgit la question de la violence et des féminicides de manière inquiétante ces dernières années. Le postulat de départ des deux auteures est de "juxtaposer deux expériences de vie, à la fois personnelle et professionnelle", et de mettre "en parallèle des récits de vie écoutés, transcrits et analysés, d'une part, et ceux lus et analysés dans des fictions, dans la société algérienne, autour de deux noyaux durs : le viol et la filiation", écrit la préfacière et sociolinguiste Dalila Morsly.
En littérature, Chaulet-Achour, qui analyse "le versant littéraire" de l'acte du viol durant la guerre de Libération et de la décennie noire, relève que "l'accent est mis plus sur ce qu'entraîne le viol que sur l'acte lui-même : d'où ce corps escamoté, circonscrire le positionnement de la vox de la narration, le choix de la personne verbale, les complicités ou les rejets concernant les acteurs (paroles dites, portraits, actes) : ce sont des indices du traitement littéraire du 'motif'". Louisette Ighilahriz, dans son témoignage dans Le Monde en 2000, dénonce, quarante ans après les faits, le viol qu'elle a subi de la part du capitaine Grazziani. Chaulet-Achour impute ce différé "aux circonstances familiales – le rapport aux parents – et à des blocages personnels". Et à la professeure de littérature comparée d'ajouter : "Cette brèche dans le mur du silence sur le viol a provoqué (...) un petit tsunami dont les répliques se font sentir depuis dans des fictions qui s'autorisent à regarder le viol en face en franchissant le mur de la honte."
Les années 1990 charrient aussi leur lot de dénonciations via le littéraire. Dans quelques-unes des œuvres choisies, comme Imzad de Fatna Gourari ou le recueil de nouvelles Sous le jasmin la nuit de Maïssa Bey, "les écrivaines prennent le point de vue de la femme (...) ; elles vont s'attarder sur les violeurs, notant leur haleine, leur regard, leur brutalité, quelques éléments de leurs convictions, donnant tous leurs 'mots' aux victimes".
Du côté de Medjahed, plusieurs cas traités dans son cabinet défilent ; une maman dont l'enfant a été violé, le petit-fils d'un bandit d'honneur aux tendances suicidaires, des histoires de notre réel, que l'ont rencontre à travers les ouvrages. Elle relève pour la majorité d'ente eux des raisons sous-jacentes en rapport avec l'environnement familial, voire celui des ancêtres. Que faire des héritages qui sont les nôtres ? se demandent les autrices. Qu'en faire et comment y parvenir ? Il est ainsi nécessaire de mettre de la distance entre le passé, "non pour rejeter, écrivent-elles, mais pour parvenir à faire la part des choses. En négociant avec lui, en l'appréciant, le jaugeant, le jugeant".

Yasmine Azzouz
Viols et Filiations. Incursions psychanalytiques et littéraires en Algérie, de Christiane Chaulet-Achour et Faïka Medjahed, éditions Koukou, 195 pages, 2020, 800 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.