L'Anie dévoile le taux final de participation    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Le procès en appel de Hamid Melzi reporté    Les salaires meilleurs dans le secteur public    Célébration dans un climat de trahison    Des routes fermées dans plusieurs wilayas    De nouvelles conditions fixées à Alger    172 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    L'angoissante nuit du dépouillement    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Trois morts à Téra, au Niger    Ferhat, une affaire à saisir    Une pluie de prétendants    Le feuilleton Haaland est relancé    Inter Milan : Direction l'Espagne pour Matias Vecino ?    «Le taux de participation est positif»    Ni perdant ni gagnant    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    Manteau blanc sur les montagnes    Chréa en robe de mariée    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    Benabderrahmane reçoit le ministre libyen de l'Intérieur    La JSK et la JSS battues    Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien: poursuivre le combat contre la normalisation    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Sachez que...    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Queiroz repêche Hedjazy    Souriez, nous allons tous mourir !    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Chômage, prix et impératif civisme    Le culte fécond ou stérile du passé    L'enjeu des locales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Regain de la diplomatie algérienne et principes doctrinaux de sa politique étrangère
Contribution
Publié dans Liberté le 15 - 08 - 2021


Par : Dr Arslan Chikhaoui
Expert en géopolitique, membre du Conseil consultatif d'experts du Forum économique mondial.
La dynamique diplomatique engagée par l'Algérie dénote sa volonté de se repositionner sur la scène internationale comme partenaire incontournable dans la région, sans pour autant remettre en cause les fondamentaux de sa politique étrangère."
L'Algérie a réussi récemment, par la voie de sa diplomatie et de ses actions de lobbying international, à introduire une motion au président de la commission de l'Union africaine (UA) relative aux réserves exprimées par certains Etats membres ayant rejeté l'accord à Israël de statut d'observateur auprès de cette organisation continentale. De ce fait, le président de la commission de l'UA, Moussa Faki, a inscrit cette motion à l'ordre du jour du prochain Conseil exécutif de l'UA. La position de l'Algérie a été clairement affichée précisant que "cette décision, prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les Etats membres, n'a ni la vocation ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l'acte constitutif de l'Union africaine".
L'Algérie fut donc le premier pays à réagir et à répondre à la décision de Moussa Faki et ce, en adéquation avec les principes doctrinaux de sa politique étrangère soutenant de manière continue et irrévocable la légalité internationale et la défense du droit des peuples opprimés à l'autodétermination.
Cette démarche de l'Algérie démontre qu'elle vient d'asséner diplomatiquement le Royaume chérifien, lequel avait considéré l'octroi à Israël du statut d'observateur auprès de l'UA d'échec diplomatique pour l'Algérie. Concomitamment et pour redonner la place qui lui sied en Afrique, le nouveau chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, réputé à l'international être un homme de réseaux, a, lors de sa dernière tournée en Ethiopie, au Soudan et en Egypte, offert les bons offices de l'Algérie pour trouver une solution africaine par un compromis "win win" au différend entre les trois pays au sujet du projet hydrique Gerd (Great Ethiopian Renaissance Dam). Ce projet aux enjeux économiques énormes et de politique de voisinage devrait être, incontestablement, un facteur de cohésion et non de division, selon la vision d'Alger. Depuis son indépendance en 1962, l'Algérie a toujours lutté pour un ordre international qui défend la souveraineté des Etats et leur droit à l'autodétermination.
En ce sens, elle a mobilisé sa diplomatie pour porter la voix de la révolution africaine et arabe et a été un promoteur des droits des pays en développement en soutenant dans les différents cercles internationaux les principes d'autodétermination, le respect des frontières héritées des découpages coloniaux, la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats, le règlement pacifique des conflits, le bon voisinage et le non-interventionnisme quelle que soit sa nature (militaire ou autres). Sa lutte pour l'indépendance a produit une politique étrangère intransigeante vis-à-vis de toute ingérence étrangère même si, pour certains, cette position a mis mal à l'aise l'Algérie durant la vague des révoltes arabes de 2011 et a limité ses options stratégiques face aux tensions dans son voisinage immédiat.
Face aux nouveaux défis d'une région en pleine mutation, des enjeux de sécurité, d'intégration et de convergence régionales, l'Algérie est, sans aucun doute, dans une phase d'adapter et de consolider sa doctrine en matière de politique étrangère pour son repositionnement stratégique sur la scène internationale, dont les contours sont en train d'être "redessinés".
Le défi pour la politique étrangère algérienne après la fin de la guerre froide
La chute du mur de Berlin, le démantèlement du bloc de l'Est, la fin de la guerre froide, ainsi que la crise multidimensionnelle à laquelle a été confrontée l'Algérie dès l'automne 1988 (révoltes populaires d'octobre) ont constitué un défi pour sa politique étrangère, de défense et de sécurité. Les repères structurant les relations internationales sont pour la plupart tombés en désuétude, cédant la place à un schéma aux contours imprécis. C'est à ce moment que la politique étrangère de l'Algérie est entrée dans un nouveau paradigme. Depuis la fin de l'ère bipolaire, le paradigme ayant conduit la vision de l'Algérie par rapport à son rôle sur la scène internationale continue à peser sur la vision actuelle des relations internationales. Il est vrai que l'Algérie a, depuis la fin des années 1990, donné une impulsion nouvelle à sa politique étrangère en se rapprochant davantage des Etats-Unis d'Amérique et de l'Otan et en diversifiant ses partenariats autant stratégiques que de conjoncture. L'ouverture économique et le souhait d'attirer les investissements directs étrangers (IDE) et de créer une économie de substitution à l'économie à rente pétrolière en sont les principales motivations. Toutefois, l'Algérie continuera à défendre le principe des droits des peuples à disposer d'eux-mêmes, comme l'illustre parfaitement sa position sur la question du Sahara occidental. De même qu'elle refuse toute ingérence dans les affaires internes des Etats et s'attache au règlement pacifique des conflits, comme en témoignent, par exemple, son refus de soutenir la guerre menée par procuration (proxy war) en Libye, sa non-participation par ses troupes à une force d'intervention militaire au Mali, en Syrie et au Yémen pour contenir la menace islamiste extrémiste croissante et, plus récemment, sa non-implication dans la crise politique interne de la Tunisie.
Il semble, aujourd'hui, que l'Algérie s'achemine vers une nouvelle ère où elle tente de s'arrimer au contexte nouveau mondial. Elle l'a exprimé par quelques signaux à la communauté internationale comme, par exemple, son adhésion au dialogue méditerranéen de l'Otan qui marque un tournant dans les rapports de l'Algérie avec l'Occident et son appel à la résolution des conflits de faible intensité (Libye, Mali, etc.) par la voie du dialogue politique inclusif et d'offrir ses bons offices de facilitateur au regard de son expérience et expertise dans le domaine (Iran-Irak, Iran-USA, Ethiopie-Erythrée, etc.). Par voie de conséquence, l'Algérie s'acheminerait vers une politique réelle d'intérêt dénuée de tout dogme.
Avec sa réinsertion progressive sur la scène internationale, l'Algérie s'efforce à renforcer sa crédibilité dans un contexte régional et international en mutation profonde. Cette démarche a commencé, entre autres, par son adhésion au dialogue méditerranéen de l'Otan, par la signature d'un accord d'association avec l'Union européenne et par sa participation au processus de négociations en cours pour son adhésion à l'OMC.
Au niveau multilatéral, l'Algérie s'appuie sur des plates-formes privilégiées pour activer à l'échelle régionale et sous-régionale. C'est ainsi qu'elle est :
Membre actif de l'Union africaine.
Membre depuis 2000 du Dialogue méditerranéen de l'Otan et participe ainsi à plusieurs exercices communs.
Partie prenante au cadre de dialogue et de coopération des"5+5" de la Méditerranée occidentale.
Membre fondateur du Global Counter Terrorism Forum lancé en septembre 2011 à New York.
Partie prenante du Comité d'état-major opérationnel conjoint (Cemoc) créé en 2010 et basé à Tamanrasset (sud de l'Algérie) pour lutter contre le terrorisme et le grand banditisme dans la zone sahélo-saharienne.
Partie prenante de l'initiative Pan sahélienne de 2002, devenu, "Transsaharan Counter Terrorism Initiative" en 2005.
Le siège du Centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme (Caert).
Le siège d'Afripol.
Au plan bilatéral, l'Algérie consolide, surtout depuis l'avènement de la pandémie de Covid-19, ses relations avec ses alliés stratégiques, à savoir la Chine et la Russie. Toutefois, elle continue à structurer ses liens à dominante économique avec l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Portugal, à construire une coopération stratégique avec les Etats-Unis d'Amérique et à développer ses relations avec la France qui doivent se démarquer de tout "paternalisme". Toutefois, l'Algérie demeure profondément attachée à ses principes doctrinaux matérialisés par le fait que malgré un contexte d'insécurité permanent à ses frontières, elle continue à s'interdite de prendre part à toute intervention militaire en dehors de son territoire national, mais reste très active dans la coopération régionale et internationale en matière, notamment, de lutte contre le terrorisme, le narcotrafic, le trafic humain, l'émigration clandestine et le banditisme transnational.
Ce regain de la dynamique diplomatique engagée par l'Algérie dénote sa volonté de se repositionner sur la scène internationale comme partenaire incontournable dans la région, sans pour autant remettre en cause les fondamentaux de sa politique étrangère, de défense et de sécurité face à de nouveaux acteurs qui sont incontestablement en train de bousculer l'ordre établi.Les bouleversements auxquels la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), en particulier, fait face présentement et la redistribution des rôles dans le cadre d'une recomposition géopolitique et géoéconomique de la région poussent, nécessairement, l'Algérie à repenser et à afficher sa stratégie de positionnement.
Conclusion
À défaut d'un alignement systématique qui serait synonyme d'un reniement des principes doctrinaux sur lesquels l'Algérie a bâti, depuis son indépendance, sa politique étrangère, ou d'une opposition intransigeante qui l'isolerait, l'Algérie semble opter de plus en plus pour une politique d'intérêt non dogmatique avec comme soubassement le soutien indéfectible des aspirations des peuples et l'opposition à toute ingérence étrangère sous quelque forme que ce soit.
En somme, malgré cette ouverture engagée qui se poursuivra certainement avec plus d'acuité dans le cadre d'une intégration régionale progressive et d'une politique de voisinage de convergence, le paradigme de la politique étrangère de l'Algérie demeurera irrévocablement tributaire de ses principes d'autodétermination, de respect de la souveraineté des Etats et de la non-ingérence dans les affaires internes des Etats souverains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.