Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fernand Pouillon, l'autre mémoire d'Algérie
Un documentaire sur SON œuvre LUI est CONSACRE
Publié dans Liberté le 04 - 10 - 2021

Dans "Pouillon, une architecture habitée, Alger 1953-1957", Marie-Claire Rubinstein fait appel au témoignage d'un historien (Benjamin Stora), d'architectes, d'habitants des trois cités et d'anciens collaborateurs de Fernand Pouillon, dont la philosophie consistait à offrir aux classes moyennes et ouvrières la possibilité d'habiter dans un logement décent, certes petit, mais où "on aime vivre".
Le Centre culturel algérien de Paris (CCA) a abrité jeudi dernier la projection d'un film documentaire de Marie Claire Rubinstein consacré au célèbre architecte français Fernand Pouillon qui a eu à travailler en Algérie dans les années cinquante et soixante. Organisé en collaboration avec l'Association France-Algérie représentée à la soirée culturelle par Flora Boumia, cet événement culturel a permis à l'assistance de découvrir l'architecte dont la philosophie consiste à offrir aux classes moyennes et ouvrières la possibilité d'habiter dans un logement décent, certes petit, mais où "on aime vivre". Ayant déjà conçu des cités dans le cadre de la reconstruction en France après la Seconde Guerre mondiale, Pouillon va rejoindre l'Algérie en 1953.
"C'est parce que Fernand Pouillon est connu pour la rapidité et l'efficacité de son travail que l'idée vient au maire d'Alger Jacques Chevallier de recourir à lui." Leur communauté d'idées (ils étaient des libéraux) sert leur volonté de réaliser une mixité sociale (classes moyenne et ouvrière, Algériens-Européens) dans les ensembles d'habitations projetés. Pouillon avait en plus la capacité de construire sur presque n'importe quel terrain. Il se trouve qu'à Alger tout est collines et pentes. D'énormes efforts d'imagination et d'adaptation étaient nécessaires pour rendre constructibles les terrains devant recevoir les cités de Diar Essaada, Diar El-Mahçoul et Climat-de-France qui font l'objet du film de Marie-Claire Rubinstein dont l'idée lui est venue après la lecture du livre de Pouillon Mémoires d'un architecte.
En 2003, "juste après la décennie noire", précise-t-elle, elle visite Diar Essaada et Diar El-Mahçoul : "C'était surpeuplé et mal entretenu, mais je découvrais une architecture magnifique." Dans son film, Marie-Claire Rubinstein fait appel au témoignage d'un historien (Benjamin Stora), d'architectes, d'habitants des trois cités et d'anciens collaborateurs de Fernand Pouillon. Tous décrivent un homme humaniste, engagé et efficace, ce que ne manquera pas de souligner l'architecte Amar Lounès dans son intervention au CCA.
Ce film documentaire sur Pouillon a été présenté en Algérie dans les écoles d'architecture (EPAU, Université Alger, Tlemcen) et les Instituts français d'Algérie. "J'ai pu constater l'intérêt des élèves et des habitants en redécouvrant l'importance de cet héritage et la nécessité de l'intégrer à leur culture en complétant ce travail d'appropriation", conclut la réalisatrice, après avoir énuméré l'œuvre architecturale de Pouillon en France et en Algérie où il a eu juste le temps de réaliser les trois cités avant que le maire d'Alger Jacques Chevalier ne soit évincé en 1957 par les ultras de l'Algérie française.
En 1961, Pouillon sera condamné en France à trois années de prison suite à des déboires financiers. "Il s'évade de sa clinique en septembre 1962 et reste en cavale pendant plusieurs mois (Suisse, Italie), aidé, grâce à ses sympathies avec le FLN durant la guerre d'Algérie, par le réseau Jeanson." Fernand Pouillon rejoint de nouveau l'Algérie en 1966 où il va travailler jusqu'en 1984, en réalisant essentiellement des projets hôteliers et touristiques, ainsi que des équipements publics.
Né le 14 mai 1912 et mort le 24 juillet 1986, Fernand Pouillon a laissé quelques livres, dont Les Pierres sauvages (1964, éditions du Seuil) et Mémoires d'un architecte (1968, Seuil). En 1974, il crée à Paris sa maison d'édition. "Il s'entoure des meilleurs spécialistes, des meilleurs artisans d'art et réimprime à 200 ou 250 exemplaires les plus belles éditions de livres d'art et d'architecture du XVe au XXe siècle."

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.