JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Inquiétudes sur la situation des finances publiques
BNP Paribas analyse l'état de l'économie algérienne
Publié dans Liberté le 17 - 10 - 2021

Selon le groupe bancaire français, les finances publiques de l'Algérie devraient afficher un solde déficitaire de presque 10% du produit intérieur brut (PIB) en 2021.
L'Algérie n'est pas sortie de la crise, mais les voyants ne sont plus rouge vif, estime le groupe bancaire BNP Paribas. La croissance est redevenue positive au premier trimestre de l'année 2021 et la pression extérieure s'est considérablement allégée, relève Stéphane Alby, économiste de BNP Paribas, dans une note publiée dans le dernier numéro de la publication Eco Emerging du groupe bancaire français. Pour autant, souligne-t-il, les raisons de ces améliorations sont essentiellement conjoncturelles, à commencer par la remontée des cours du pétrole et la forte demande européenne en gaz. De plus, soutient l'économiste, "cela reste encore insuffisant pour rééquilibrer les finances publiques", dont la situation "continue d'inquiéter".
Selon le groupe bancaire français, les finances publiques de l'Algérie devraient afficher un solde déficitaire de presque 10% du produit intérieur brut (PIB) en 2021, alors que la plupart des autres pays exportateurs de pétrole de la région verront leurs comptes revenir quasiment à l'équilibre. La dette, prévoit Stéphane Alby, va donc croître de nouveau rapidement. En 2020, indique l'économiste, la hausse des ratios d'endettement a résulté essentiellement de la contraction du PIB. "Environ deux tiers des besoins de financement ont, en effet, été couverts par des prélèvements sur le compte courant du Trésor à la Banque centrale, dont une grande partie provenait du programme de financement monétaire direct de 2017-2019", a-t-il fait remarquer. "Ce compte ayant été asséché", note l'économiste, les autorités ont décidé de procéder à un nouveau mécanisme de financement monétaire moins direct à compter du 1er juillet 2021 via des opérations d'open market d'un montant de 2 100 milliards de dinars (environ 10% du PIB), échelonné sur douze mois.
"À première vue, cela devrait suffire à financer le déficit, mais cela ne règle pas le problème du manque de profondeur du marché des capitaux ni celui du déséquilibre structurel des finances publiques", estime BNP Paribas. De fait, la dette du gouvernement devrait s'approcher de 60% du PIB à la fin de cette année contre seulement 7% du PIB en 2014. "La dette reste, cependant, une dette fondamentalement captive dans la mesure où l'Etat se finance auprès de la Banque centrale à des taux réels négatifs et sur des maturités longues. En outre, la dette en devise est quasi inexistante", indique Stéphane Alby. Si la situation des finances publiques continue d'inquiéter, la pression extérieure, en revanche, s'est considérablement allégée. Pour la première fois depuis avril 2015, les réserves de changes ont progressé de 2,4 milliards de dollars, constate BNP Paribas. "Certes, l'allocation de DTS du FMI de 2,7 milliards de dollars y est pour beaucoup. Mais cette stabilisation reflète également le rééquilibrage en cours des échanges extérieurs", souligne le groupe bancaire français.
Le déficit commercial a été ramené à moins de 1 milliard de dollars sur les huit premiers mois de 2021 contre 7,6 milliards de dollars un an auparavant. La compression des importations est un axe prioritaire de la politique du gouvernement, que ce soit par un durcissement des mesures non tarifaires ou par la dépréciation du taux de change. Selon BNP Paribas, "depuis le début 2020, le dinar a ainsi perdu 13% de sa valeur contre le dollar et 17% contre l'euro". Néanmoins, nuance la banque française, "l'écart avec le taux sur le marché parallèle reste supérieur à 30%, ce qui suggère que la surévaluation de la monnaie est encore loin d'être corrigée".
L'économiste de BNP Paribas estime que le déficit courant devrait se réduire à moins de 5% du PIB cette année après avoir atteint presque 13% du PIB en 2020. Les réserves de changes devraient encore baisser de 6 milliards de dollars. "C'est trois fois moins que lors des quatre dernières années", fait-on remarquer. De plus, ajoute Stéphane Alby, elles sont encore à un niveau confortable de 14 mois d'importations de biens et services et elles le resteront à court terme sous l'hypothèse que les cours du pétrole se maintiendront au-dessus de 70 dollars le baril. Selon l'économiste, la croissance ne devrait atteindre que 3,5% en 2021 avant de décélérer à 2,4% en 2022.

Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.