Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Notre monde est loin d'être parfait"
Guterres à l'occasion de la journée des Nations unies
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2021

Le monde va plus mal que l'année dernière. Le secrétaire général de l'ONU vient de le reconnaître, tout en tirant la sonnette d'alarme sur les menaces qui guettent la planète. Il y a toujours plus de pauvreté, plus de faim, plus de conflits... autant de défis qu'il faudra relever.
La Covid-19, les conflits, la faim, la pauvreté et l'urgence climatique "nous rappellent que notre monde est loin d'être parfait", a indiqué le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à l'occasion de la Journée des Nations unies, célébrée hier, appelant à "la solidarité", seule voie possible pour aller de l'avant.
"Nous devons agir ensemble pour relever les grands défis auxquels nous sommes confrontés et progresser dans la réalisation des objectifs de développement durable", ajoute le chef de l'ONU, et "en bâtissant une gouvernance mondiale plus inclusive".
M. Guterres appelle également à veiller "à ce que chaque personne, partout dans le monde", ait accès aux vaccins contre la Covid-19 le plus rapidement possible, "à protéger et à faire respecter" les droits et la dignité de tous, en particulier des personnes les plus pauvres et les plus favorisées, des filles et des femmes, des enfants et des jeunes.
"La pauvreté, les discriminations, la violence et l'exclusion privent des millions de personnes de leurs droits d'accès aux biens et services de première nécessité : santé, sécurité, vaccination, eau potable, alimentation et éducation", déplore-t-il, insistant à "mettre fin aux conflits qui déchirent notre monde" et à prendre des engagements climatiques "ambitieux pour sauver notre planète".
Pour le chef de l'ONU, les valeurs qui sous-tendent la Charte des Nations unies depuis 76 ans – la paix, le développement, les droits humains et l'égalité des chances pour tous – "n'ont pas de date d'expiration".
En septembre dernier, le secrétaire général de l'ONU a déclaré devant l'Assemblée générale que le monde subissait d'énormes pressions, "sur presque tous les fronts".
"La Covid-19 est un signal d'alarme, et nous continuons à ne pas l'entendre", avait-il alerté, soulignant que la pandémie de Covid-19 avait démontré "notre incapacité collective à nous rassembler et à prendre ensemble" les décisions indispensables au bien commun, "alors même que nous sommes face à une situation d'urgence" qui menace la vie de toutes et tous sur la planète.
Cette paralysie, avait poursuivi M. Guterres, "ne se limite pas à la Covid-19", déplorant une crise climatique, une guerre suicidaire contre la nature et l'effondrement de la biodiversité dans un monde qui "agit trop peu et trop tard".
Selon l'ONU, la Journée des Nations unies représente cette année l'occasion d'amplifier "notre programme commun et de réaffirmer les buts et principes de la Charte des Nations unies qui nous ont guidés au cours des 76 dernières années".
La Journée des Nations unies, "symbole d'espoir pour l'unité mondiale", est célébrée le 24 octobre de chaque année, jour de l'entrée en vigueur de la Charte des Nations unies en 1945.

R. I./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.