Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le CIJM fait appel à Tebboune, au Premier ministre et au MJS    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un sujet d'une brûlante actualité
IMPACT DE LA MALADIE CHRONIQUE SUR LA FAMILLE ALGERIENNE
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2021

Des experts, réunis à Béjaïa, se sont penchés sur la question de l'impact de la maladie chronique sur la nature des liens familiaux (conjoint, proches et enfants), et ce, dans la perspective de définir la notion de rupture ou de solidarité des membres avec le parent en souffrance.
L'auditorium du campus d'Aboudaou à Béjaïa a abrité, hier, les travaux du 1er séminaire national virtuel ayant pour thème : "La famille algérienne face à la maladie chronique". Le sujet est d'une brûlante actualité car il démontre, par le menu détail, l'impact psychologique, social et économique de ces maladies chroniques sur la famille algérienne.
Plusieurs communications, qui se recoupent - bien qu'abordées sous différents angles indépendamment de la diversité de ces maladies chroniques -, évoquent certains aspects du vécu de la maladie dont les grandes catégories de conflits intervenant dans la façon dont un malade affronte certaines maladies handicapantes comme peuvent l'être la sclérose en plaques et autres maladies lourdes nécessitant la mobilisation de toute la famille, proche ou lointaine, voire parfois du voisinage.
Lors de la première séance, il a été question de l'impact de la maladie sur les proches et l'importance de la sphère familiale face à cet événement qualifié de "douloureux que constitue la maladie". Le Pr Massika Lanane, présidente du séminaire, a présenté une communication intitulée : "Seules face à Parkinson : le vécu de quatre femmes en charge d'un malade de Parkinson" ; le Dr Nesrine Djellouli et Kahina Aït Hatrit, de l'université de Béjaïa, ont parlé de "La prise en charge familiale à domicile des parents âgées".
On y a appris que "la prise en charge de l'environnement familial reste une préoccupation avec la souffrance directe ou indirecte des proches" essentiellement. On a retenu qu'en dépit de la sollicitude des pouvoirs publics, ceux-ci tardent à le considérer comme "un véritable problème de santé publique".
Lors de la deuxième séance, le Pr Abdel-Halim Berretima, de l'université de Béjaïa, a présenté une communication intitulée : "Présentations et représentations socioculturelles du cancer dans la famille", alors qu'Abdelkader Behtane, de l'université de Guelma, a axé son intervention sur la "Prise en charge psychologique de la maladie du diabète".
Certains communicants ont fait allusion aux travaux du neuropsychiatre, Boris Cyrulnik, spécialiste de la résilience et du lien humain, qui considère que lorsque l'on vit la maladie d'un proche, plusieurs sentiments agitent alors la famille : "La peur, la douleur, la souffrance, la mort, mais aussi la colère d'une situation que l'on n'a pas choisie, mais que l'on a subie. On en veut à l'autre d'être entraîné(e) dans cette 'autre vie', de se voir soudain confronté(e) à la souffrance, voire à la mort."
Les participants ont ensuite rejoint les trois ateliers prévus à cet effet. Au programme, plusieurs communications dans des disciplines ou spécialités transversales.
Mais avec le même fil conducteur, à savoir l'impact de la maladie chronique sur la nature des liens familiaux (conjoint, proches et enfants), et ce, dans la perspective de définir la notion de rupture ou de solidarité des membres avec le parent en souffrance.
Quant aux recommandations formulées à l'issue de ces ateliers, les participants ont plaidé "la généralisation de l'enseignement de la sociologie de la santé dans les différents cycles d'enseignement" dans le but de trouver des débouchés aux diplômé.e.s de cette spécialité dans le monde hospitalier et professionnel.
Il s'agit également d'inciter à "l'implication politique pour encourager et créer des infrastructures dans la perspective de mettre en place une dynamique de recherche scientifique autour des maladies chroniques".
En troisième lieu, il a été recommandé l'encouragement et la "valorisation des praticiens algériens spécialistes des maladies chroniques par la publication, la formation, les stages, les manifestations et les échanges scientifiques avec des praticiens étrangers, tout en leur assurant une bonne rémunération".
Les participants ont aussi insisté sur la multiplication des centres de prévention et de soins contre les maladies chroniques (cancer, diabète, Alzheimer, Parkinson, spina bifida, etc.) sur l'ensemble du territoire national, plus particulièrement dans les villes lointaines (Sud algérien).

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.