Le Président Tebboune regagne Alger après une visite de travail en Egypte    Visite du Président Tebboune en Egypte : activer les mécanismes de concertation et de coordination    Faki: "l'UA et ses partenaires se mobiliseront pour soutenir le Mali" dans sa transition    Les concessionnaires s'impatientent, ils font appel à Tebboune    L'Algérie condamne    Real : Une date pour le retour de Benzema    Annulation des procédures de suspension et de retrait à compter du 1er février    «Le variant Omicron représente 60 % des contaminations»    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    CAN: Mahrez répond aux critiques après l'élimination de l'Algérie    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    Les notaires en colère    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Le gouvernement admet la gravité de la situation    Danger sur les non-vaccinés    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    L'enjeu céréalier    Eloge de l'amitié    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Des juges qui ont le vertige...    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le défi de la qualité
PRODUCTION OLEICOLE DANS LA WILAYA DE TIZI OUZOU
Publié dans Liberté le 06 - 12 - 2021

"Je n'arrive pas à expliquer comment nous continuons à consommer une huile d'olive de mauvaise qualité, déclassée à cause de son acidité et de son aspect sensoriel."
C'est le constat acerbe qu'a établi, hier, l'enseignant spécialiste en agronomie, à l'université de Tizi Ouzou, Mouloud Arkoub, lors d'une rencontre organisée à la maison de la culture Mouloud-Mammeri par l'association sociale "Femmes actives". Cette rencontre a été placée sous le thème "L'économie vivrière, un atout réel pour la création d'une richesse économique locale durable, garantissant la sécurité alimentaire".
À travers son intervention, l'orateur a relevé la nécessité de promouvoir l'huile d'olive sur le plan qualitatif, et ce, a-t-il insisté, dans l'intérêt de l'économie locale. "Il faut aller vers une huile de qualité pour pouvoir la commercialiser en Algérie et à l'étranger. Pour cela, il faut changer les paradigmes", a-t-il affirmé.
À ce propos, et afin d'améliorer cette qualité, le conférencier a insisté sur l'importance de revoir les méthodes de travail. "Il faut un travail pédagogique envers les producteurs, en commençant par expliquer ce qu'est une huile de qualité, une huile extra-vierge.
Cette huile est récoltée tôt, triturée tôt et conservée dans des contenants qui conviennent", a expliqué ce spécialiste. Cependant, l'orateur admettra que les choses commencent à s'améliorer surtout avec l'arrivée des huileries modernes. "Le parc des huileries algériennes s'est amélioré, surtout en Kabylie où nous avons plus de 50 huileries modernes", a-t-il expliqué.
Et pour encourager la filière oléicole, M. Arkoub estimera qu'il faut commencer aussi par la labellisation. "Il faut une distinction régionale pour ce produit afin de le valoriser. Seulement, à Tizi Ouzou, la labellisation de l'huile d'olive traîne depuis 2018. Même la labellisation de l'huile Achvayli Nath Ghobri, déjà annoncée, est bloquée", a-t-il déploré.
À noter que la wilaya de Tizi Ouzou compte une superficie totale de plus de 39 000 ha d'oliveraies regroupant plus de 4,2 millions d'oliviers. Pour ce qui est de la production prévisionnelle pour la campagne oléicole 2021-2022, la Direction des services agricoles (DSA) a annoncé plus de 12 millions de litres d'huile d'olive.
"Nous prévoyons une production de 22 quintaux d'olives par hectare et un rendement de 18 litres d'huile par quintal", a indiqué Mme Hadji Samia, de la DSA, que nous avons contactée à ce sujet. Elle précisera encore que Tizi Ouzou compte 450 huileries, à savoir 284 traditionnelles, 57 semi-automatiques et 109 modernes.
"La campagne oléicole a commencé timidement avec le nettoyage des parcelles et le ramassage des olives. La superficie récoltée, à ce jour, est de 1 674,35 ha. La quantité triturée est de 13 147 quintaux", a précisé Mme Hadji.
Evoquant la période des incendies qui ont touché la wilaya, notre interlocutrice a précisé que les flammes ont ravagé plus de 19 000 ha d'oliveraies, soit 40% de la surface globale, expliquant que ces oliveraies brûlées ne seront pas replantées immédiatement.
"Nous espérons une régénération naturelle des oliviers avant de passer au greffage ou à la replantation", a-t-elle précisé. Par ailleurs, intervenant également dans cette rencontre, Mme Djouber Fatima, enseignante en agronomie à l'université de Tizi Ouzou, a élaboré un constat plutôt négatif de l'économie vivrière à Tizi Ouzou. "Certaines familles ont complètement abandonné leur terre. Il y a des lots de terrain à côté des maisons qui ne sont pas exploités.
La seule culture qui résiste encore est celle des oliviers", a-t-elle relevé, ajoutant que là encore, les gens se limitent souvent à la récolte. "Les champs d'oliviers ne sont pas travaillés convenablement. C'est pourquoi, on ne peut pas espérer de bonnes récoltes. La culture de la terre a disparu", a-t-elle regretté.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.