Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?
Les autorités de transition refusent la présence de soldats étrangers sans accord bilatéral
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2022

Bamako a décidé de revoir ses partenariats militaires avec l'Europe, la France en particulier, et veut désormais des accords d'Etat à Etat, considérant que la participation à la task force Takuba est une coopération par "procuration". Des soldats danois qui viennent d'arriver au Mali sont invités à repartir chez eux.
La décision des autorités de transition au Mali de renvoyer des soldats danois fraîchement arrivés dans le cadre du groupement de forces spéciales Takuba a fait réagir la France qui dit avoir engagé une "concertation approfondie" avec ses partenaires. Bamako a demandé, lundi, au Danemark de retirer "immédiatement" le contingent d'une centaine d'hommes récemment déployés au Mali pour participer à Takuba, une task force initiée par la France et destinée à accompagner les soldats maliens au combat face aux terroristes.
Selon le gouvernement malien,"ce déploiement est intervenu sans son consentement". Et dit ne plus vouloir d'engagement étranger "par procuration", en référence à la France qui est derrière l'initiative Takuba en 2020. Et de préciser que si le Danemark veut déployer ses soldats, il doit passer par un accord bilatéral avec Bamako. Depuis que Paris a soutenu les sanctions prises par la Cédéao contre le Mali, Bamako a décidé de revoir ses accords de défense, à commencer par la renégociation de ses accords avec Paris dont il a déjà fait la demande.
Et depuis que les autorités de transition ont signé de nouveaux accords de coopération militaire avec la Russie, le bras de fer entre le Mali et la France a pris une autre dimension. "La junte multiplie les provocations", s'est indignée, mardi, la ministre française des Armées, Florence Parly, en affirmant sa "solidarité avec nos partenaires danois, dont le déploiement se fait sur une base juridique légale, contrairement à ce qu'affirme aujourd'hui la junte malienne". "Nous sommes présents via une invitation claire du gouvernement de transition malien (...) avec nos alliés européens, la France en pointe", a de son côté fait valoir le ministre des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, en marge d'un déplacement à Bruxelles.
Paris et Washington ont évoqué le déploiement des éléments de l'entreprise russe de sécurité Wagner. Information démentie par Bamako et Moscou qui évoquent des accords de coopération militaire entre deux Etats. Cette nouvelle poussée de fièvre intervient au moment où un autre pays, le Burkina Faso, voisin du Mali, connaît un coup d'Etat et que l'Union africaine (UA) tente une médiation entre la junte au pouvoir à Bamako et la Cédéao. Une délégation de l'UA a été reçue ce mardi à Bamako où le président de sa commission, Moussa Faki Mahamat, a rencontré les autorités de transition.
Il s'est notamment entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, le Premier ministre Choguel Maïga et le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. Selon la présidence malienne, citée par les médias locaux, le président de la Commission de l'UA aurait plaidé pour "une approche consensuelle qui puisse préserver les intérêts fondamentaux" du Mali, "conformément aux textes qui régissent" la Cédéao et l'Union africaine. L'Algérie a proposé sa médiation et suggéré un calendrier court pour l'organisation des élections et le retour à l'ordre constitutionnel : dans seize mois maximum, contre cinq, puis quatre années initialement proposées par Bamako. La piste algérienne est soutenue par l'UA.

D. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.