Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les éditions Koukou dénoncent la "censure" de leurs livres
Elle concerne une liste de 12 titres exposés au SILA
Publié dans Liberté le 31 - 03 - 2022

Dans un communiqué, les éditions Koukou ont dénoncé "un acte de censure". Douze de ses titres, édités en Algérie depuis des années et en vente dans les librairies, sont interdits au Salon international du livre d'Alger (Sila). Dans leur communiqué, les éditions Koukou indiquent, en effet, qu'au "2e jour du Sila, des douaniers se sont présentés au stand de Koukou Editions pour nous notifier - verbalement - l'interdiction d'une douzaine de livres, dont la plupart ont été publiés avant 2021, vendus en librairie depuis des années et exposés lors des précédents Sila". Il a précisé que si le fonctionnaire a "accepté de nous montrer la liste officielle des ouvrages blacklistés par la Commission interministérielle de censure", il a refusé de "nous en donner une copie au motif que cela ne relevait pas de ses prérogatives, mais qu'il allait transmettre notre requête aux autorités concernées", ce qui constitue une violation de l'article 54 de la Constitution qui énonce que "l'activité (...) des publications ne peut être interdite qu'en vertu d'une décision de justice".
Pour le directeur de Koukou Editions, Arezki Aït-Larbi, cette décision "est cette brusque agression contre le livre et les libertés académiques" qui "n'obéit à aucune logique qui pourrait lui donner du sens à défaut de conformité aux lois de la République" et qui est motivée par "le bricolage idéologique", puisque des livres "universellement controversés ont bénéficié d'une troublante tolérance : Mein Kampf d'Adolphe Hitler et les Mémoires de Mussolini d'un éditeur égyptien sont en vente libre depuis le Sila de 2016". A contrario, le document rappelle que la Commission de censure "avait, lors du Sila de 2017, décidé d'interdire une biographie du révolutionnaire noir américain Malcolm X, au motif qu'il s'agirait d'un livre pour adultes libidineux !".
Arezki Aït-Larbi ne s'arrête pas là. Il estime que "l'arbitraire se nourrit du silence de ses victimes" et que "le respect des lois de la République s'impose d'abord à ceux qui ont la charge de la faire respecter". C'est pour cela que "nous refusons de nous soumettre aux injonctions illégales des censeurs clandestins, en embuscade permanente contre les libertés". Il a accusé "(...) la lâcheté des bureaucrates, qui ont usurpé les prérogatives du magistrat en se défaussant sur les douaniers pour ne pas avoir à assumer les conséquences de leur forfaiture". Parmi les livres censurés, plusieurs titres évoquent le Hirak. C'est le cas de Algérie, la seconde révolution de Sanhadja Akrouf et Patrick Fabiaz, avec en photo de couverture celle de l'héroïne de la révolution Djamila Bouhired, Algérie, la citoyenneté possible ? et Algérie, la dignité retrouvée du sociologue Mohamed Mebtoul.
Dans cette liste "noire", figurent également les deux livres de l'intellectuelle tunisienne Hela Ouardi, à savoir Les derniers jours de Mohammed et Les Califes maudits. L'Affaire Khider de Tarik Khider, le fils du dirigeant du FLN assassiné en 1967 en Espagne, Dimoktatouriya de l'avocat Mokrane Aït-Larbi et Avril 1980 d'Arezki Aït-Larbi figurent parmi les ouvrages interdits par la Commission interministérielle. Pourtant, ce sont des ouvrages qui sont en vente depuis de longues années. La publication de certains de ces livres remonte à plus de 10 ans.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.