«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel avion présidentiel pour Bouteflika
L'Airbus A340-500 est sorti des usines de Toulouse
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2008

Finis les Glam. Abdelaziz Bouteflika aura son jet présidentiel après l'acquisition d'un Airbus A340 qui vient de sortir des usines de Toulouse et qui sera livré dans quelques jours à Alger.
Preuve en est que le président Bouteflika se voit encore dans la fonction présidentielle est l'achat d'un avion présidentiel à l'image de l'Air Force One qu'utilisent les présidents américains. Adepte des déplacements long-courriers et des périples interminables, le président Bouteflika disposera, dans quelques jours, d'un avion spécialement aménagé pour lui. L'appareil, un A340-500, enregistré sous le numéro de série CN 917 (F-WWTM), est sorti le 15 mai des usines de Toulouse Blagnac et sera livré après les essais d'usage. Aucune indication sur les transformations intérieures de l'appareil dont le coût avoisine 185 millions de dollars, mais ces avions présidentiels, après modification, coûtent souvent aux alentours de 300 millions de dollars. Le choix porté sur Airbus est étonnant quand on sait que plusieurs compagnies, dont l'américaine Boeing et la canadienne Bombardier, sont connues pour être les constructeurs spécialisés dans le domaine et lorgnaient ce marché. Durant les neuf années de présidence, Bouteflika a utilisé les avions du Groupe de liaisons aériennes ministériel (Glam), comme ses prédécesseurs. Des appareils de type Falcon ou Grumman, des supersoniques de petite taille avec un rayon d'action appréciable, mais qui n'ont pas le confort et l'espace de ces jumbo-jet de type Airbus ou Boeing 737, que Bouteflika a utilisés quelquefois pour ses déplacements en Asie ou aux Etats-Unis. L'avion est équipé de bureaux, de salons et d'une chambre de repos pour les longs déplacements, mais le président Bouteflika aurait refusé des ajouts de luxe comme pour l'avion de Mohammed VI, par exemple. Cependant, les observateurs se demandent pourquoi le président Bouteflika a mis autant de temps à acquérir un avion à la mesure des voyages incessants qu'il effectue à l'étranger. Le coût financier n'explique pas tout, puisque les coûts d'exploitation de ce type d'avions sont quasiment semblables aux anciens. Lors des déplacements à l'étranger, au-delà des Glam, ce sont les avions des accompagnateurs de l'équipe présidentielle et des journalistes qui font grimper la facture. Les mesures de sécurité draconiennes prises autour du président Bouteflika depuis l'attentat de Batna peuvent expliquer l'option d'un avion personnel qui serait stationné à la base militaire de Boufarik. Rien ne peut être écarté dans le domaine de la sécurité présidentielle et l'Airbus est considéré par les experts comme l'un des avions les plus fiables qui puissent exister.
Amine Réda


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.