Comment dit-on «t'zaguett» en espagnol ?    La démission de Sahli de l'APN toujours d'actualité    La marche des libertés violemment réprimée    5e édition du Salon international de la sous-traitance    Appel pour un fonds pour le développement de l'Afrique    L'armée reprend le contrôle sur l'ensemble de la province de Soueida    Le groupe Renault dans l'expectative    Le Sportage à l'honneur    Le dossier sur les bureaux de la CNRL    Les «Rouge et Noir» en conquérants    La déroute des Canaris «L'efficacité nous a fait défaut»    Le nombre d'accidents en baisse    Des essais d'armes chimiques français au Sahara algérien ?    Le progrès informatique au service des arts et lettres    La générale de la pièce Istirahat El mouharidjine début décembre    22 novembre 1999 : assassinat de Abdelkader Hachani, un homme de dialogue    Tizi Ouzou : 55% des foyers ont accès à l'internet    600 associations se partagent 20 milliards    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Les Falaises: Deux blessés graves après une chute de plus de 40 mètres    Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    Le "Onze" gagnant de Belmadi    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    Le ministère du Commerce saisit la justice    Le terroriste abattu à Mila, identifié    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Ouyahia bientôt face aux députés    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le P-dg fait des révèlations    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Ahmed Benyoucef, le saint de la ville
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 09 - 2013

Abou El-Abbas Ahmed Benyoucef El-Miliani est né à la qualâa des Béni Rached dans les monts des Bani Chougrane, non loin de Mascara, vers la première moitié du XVe siècle. Il fit ses premiers voyages d'études à Béjaïa qui fut à l'époque un centre de culture célèbre.
Il y suivait l'enseignement des sciences théologiques de son maître Hadj Zerrouk El Barnoussi qui l'oriente vers la tarika el chadhiliya. Muni d'un savoir fort étendu, il exerça une grande influence au sein des masses maghrébines. Il se ralliera aux frères Barberousse afin de lutter contre la menace étrangère surtout espagnole et les abus du pouvoir des rais de Tlemcen. Sidi Ahmed Benyoucef, qui était un érudit, a laissé une œuvre magistrale intitulé Rissalalt wa dhikr el aswak, suivie de nombreux poèmes et dictons satiriques sur la ville qu'il avait visitée. Son meilleur disciple, Mohamed Sabbaagh el Kalaï, lui a consacré un ouvrage retraçant la biographie soufie ayant pour titre Boustan el azhar. Il s'éteignit au mois de décembre de l'année 1524, après une vie entièrement vouée à Dieu. D'après la légende, sa dépouille fut transportée sur le dos de sa mule qui se dirigea d'El Omra vers Miliana où elle fut inhumée. Le sanctuaire porte à l'entrée une inscription gravée dans le marbre qui indique l'année 1174 de l'ère hégirienne. Le dey d'Alger, avec des fonds gouvernementaux, fit construire l'édifice actuel. Le dey d'Oran, surnommé le Ndir, soucieux de s'attacher l'amitié des descendants de Sidi Ahmed Benyoucef, finança de ses propres deniers l'embellissement du tombeau du saint patron de la ville. Dans son ensemble, cet établissement de style mauresque se compose d'une mosquée surmontée d'un minaret, d'une zaouia et du sanctuaire du saint homme. L'entre principale débouche sur un vestibule qui mène vers un vaste patio bordé de galeries avec de nombreuses arcades. La salle du sanctuaire est parsemée de sépultures attribuées de henné et de cire de bougie accueille la tombe de Lalla Beghoura, la servante noire de Sidi Ahmed Benyoucef. Les femmes s'y rendent, dit-on, pour soigner leur stérilité avec une pierre bleue qu'elles enduisent de henné. Lors de sa dernière visite, Mme Khalida Toumi a débloqué des fonds pour une réhabilitation complète du mausolée avec l'agrandissement de la salle de prière pour 3 000 personnes et la construction d'une grande école coranique et d'une bibliothèque. Le pèlerinage du rakb des Bani Farh reste le plus important par rapport à d'autres qui s'échelonnent de mai à décembre. Il regroupe plusieurs tribus venues d'El Aneb, d'El Amra, des Arrib, des Bani Ghomeriane, du Bani Manceur et aussi des Aissaouas venus du Maroc. Pendant sept jours, une ambiance de fête enveloppe Miliana : mosquée illuminée, sanctuaire décoré d'étoffes multicolores, chants religieux à la gloire du Prophète et danses des Aissaouas jusqu'à l'aube.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.